Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 20:34
 
Dimanche matin, j’ai acheté deux journaux pour lire les réactions de la presse madrilène. Voici les traductions des passages qui résument avec talent et lucidité  l’impression que nous ressentîmesSi seulement nous pouvions avoir des revisteros de ce niveau en France...
 
 
 
« Inspirada Puerta Grande de Bautista » Zabala de la Serna ( ABC du 7.10.07)
 
 
 
« …En ce jour ce fut Bautista qui fut choisi de Dieu qui mit sur son chemin « Cantinillo ». Et il lui insuffla un état de grâce et de toreria inconnu à ce niveau chez le français. « Cantinillo », un toro de respect, d’abord rétif aux appels de cape, commença à s’étirer dans trois remates aériens au capote et fut ensuite sublime de qualité de charge. Juan Bautista embarqua les vols de l’avion qui planait autour de lui, monta dans le train et offrit le naturel inné de son toreo avec adresse, bon goût et expressivité. Pur filigrane, fine porcelaine, chaque série donnée avec mesure et liée avec une délicate variété : changement de main, passe du mépris, trinchera, un molinete de la gauche et les classiques passes de poitrines. « Cantinillo » se mit à chercher les barrières. Bautista réalisa des adornos de torero après des bernadinas médiocres. L’estocade «a recibir » lui livra les deux oreilles et une brillante « Puerta Grande »… »
 
 
 
 
« Juan Bautista sueña el toreo » José Suarez Inclan ( EL PAÏS du 7.10.07)
 
 
 
« Ce qui est arrivé à JB est semblable à ces palmiers qui gèlent pendant l’hiver et qui, après une période d’hésitation, reprennent vie et donnent des pousses à la fin du printemps. Le français avait failli se retirer définitivement mais revint éclore lors de la San Isidro avec un toreo d’un classicisme et d’une élégance qui nous laissa bouche bée. Le miracle se confirma dans la tourmente de pluie, entre les éclairs et le tonnerre. Et hier, son toreo éclata de manière retentissante. « Cantinillo » sortit et courut à son aise dans le ruedo mais termina son périple dans l’arène par une demie-véronique claire comme l’après-midi et d’une lente revolera se retrouva devant le cheval laissant dans l’air des effluves de toreria comme une promesse.

Après une grande paire de banderilles de Tejero, les arômes se firent plus denses et la promesse devint réalité quand la muleta, cadencée et profonde, caressa le sable avec le toro collé à elle. Le corps de JB composait la figure, telle une image de cartel inconsciente, perdu dans l’air de ses rêves, avec des changements de mains d’un tranquille abandon, le temps semblant arrêté, avec la hanche et le torse relâchés sans exagération pour donner des trincheras. Il poussa l’art jusqu’à jeter l’épée pour donner des bautistinas qui ne sont pas des manoletinas ni des bernadinas ni des mondeñinas et le reçut pour une estocade haute. Le soleil refusa de se coucher... »

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article

commentaires

bruno 18/01/2008 17:19

Que cela est bien dit mais j'en resterai la :l'alchimie de la vision de la tauromachie.a vos plumes....