Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 20:47

 

               

La dernière corrida de José TOMAS à Las Ventas, avec ses photographies saisissantes où le torero, visage et costume plein de sang, ressemble à un martyr mystique, a relancé une polémique sur sa conception du toreo.

 

J’avais traduit auparavant un courrier trouvé sur un blog espagnol critiquant la tauromachie de José TOMAS ne répondant pas, selon lui, aux fondamentaux de l’art de Cuchares, qui consiste à tromper le taureau et à éviter d’être pris.

 

Et de fait, dégagé de l’intense et légitime émotion qu’ont pu éprouver ceux qui ont assisté à ce nouveau triomphe du 15 juin dernier, la discussion est permise.

 

Comme tous les aficionados, je vais aux arènes parce que je sais, même si je le redoute et ne souhaite jamais le voir, que le taureau peut blesser, voir tuer le torero. Ce risque constitue le fondement et la grandeur de cet art à nul autre pareil. Il lui confère une authenticité tragique qui le différencie de tout autre.

 

Pour autant, ce risque, même s’il est permanent, ne saurait être perçu de manière trop ostensible par le public durant tout le spectacle. On sait qu’il existe et cela nous suffit. Suivant le comportement des animaux en piste, on le ressent plus ou moins. Le torero s’engage suivant sa volonté ou ses aptitudes et une attention inquiète en découle, mais on sait le geste mesuré, calculé, techniquement destiné à tenter de préserver son intégrité physique.

 

Ce qu’a fait José TOMAS, selon les récits lus ici et là (et on est d’autant plus fondé à les croire que ce comportement n’est pas nouveau ), consiste à faire passer, coûte que coûte (en l’espèce trois cornadas) des animaux sans caste. Le triomphe de la volonté en quelque sorte.

 

Est-ce là l’essence de la tauromachie ? Un torero doit-il considérer que chaque passe constitue un acte fataliste : le taureau choisira la muleta ou moi ? Une faena n’est-elle qu’un défi au destin ?

 

Le débat est ouvert…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Éditos
commenter cet article

commentaires