Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 20:47

 

 

6 novillos de BUCARE

 

pour :

 

Alberto LAMELAS (Oreille et Silence)

 

Juan Luis RODRIGUEZ (Silence et Deux Oreilles)

 

Miguel TENDERO (Silence et Sifflets)

 

_________________

 

 

Deux sujets de déception

 

On attendait plus de monde et il conviendra pour l’organisation de réfléchir là-dessus ; on attendait plus de ces novillos dont la grande disparité de comportement engendra un spectacle très inégal, quelle que soit la volonté des toreros.

 

____________

 

 

 

Vu de la contra-barrera n° 99, ombre et soleil partagés (26 €). Un tiers d’arène regroupé au sud-ouest bien entendu. Public plus ou moins averti, plus ou moins attentif. Soleil mais chaleur supportable.

 

LAMELAS se présente pour la porta gayola habituelle, mais doit se jeter à droite pour éviter le novillo guère impressionnant qui se comporte sans beaucoup d’allant à la cape. Il prend deux piques poussant bien dans les deux mais sortant facilement de la seconde. Il se montre mobile aux palos très médiocres de LAMELAS. Suivra une faena très décousue sans grand intérêt face à un novillo mobile et noblote avisé à droite qui avertira puis soulèvera sans gravité le torero. L’estocade est basse mais d’effet rapide, d’où une oreille bien généreuse.

 

Le second est plus présentable. Passe à la cape mais avec une tendance à freiner et à lancer les pattes en avant. La pique est courte et prise de manière désordonnée. Demande de changement désinvolte du novillero. Aux banderilles, de la mobilité agressive puis de la noblesse piquante durant la faena. Juan-Luis RODRIGUEZ alterna bons moments et passages plus faibles mais termina de manière catastrophique : un tiers d’épée précédant trois pinchazos, une kyrielle de descabellos avec deux avis à la clé.

 

Bonne charge vive du troisième novillo dans des parones serrés. Le Bucaré donne des coups de tête lors de l’unique pique puis se montre abanto et mansote aux palos. Joli début par doblones genoux pliés puis faena élégante et plaisante mais la charge du novillo est fade et à mi-hauteur, d’où un intérêt limité, d’autant plus que TENDERO allonge plus que de raison. Une entière bien exécutée et trois descabellos. Un avis.

 

Re-LAMELAS, re-porta-gayola. Scénario identique : le novillo superbe sort comme un avion et le novillero se couche à droite pour éviter la cogida. Il reprend la cape et donne deux largas pagailleuses près des barrières. A présent sans zapatillas ni montera, le novillero donne des véroniques agitées. Une pique poussée par a-coups dont il sort facilement. Quite serré et mobile. Suite à une génuflexion, on change le tiers. Tercio de palos volontaire et médiocre sauf, là encore le quiebro final avec les palos raccourcis. Brindis de LAMELAS au Fundi présent. Trois derechazos à genoux au centre de la piste puis une faena de très faible qualité, marginale, sans arriver à dominer un novillo brusque et court de charge que le novillero sembla étouffer. Ce garçon stagne et son abattage ne masque plus ses lacunes.

 

 

Encore un magnifique novillo applaudi à sa sortie. Rapide dans la cape sans se fixer vraiment. Il prend une pique poussée avec fixité. Lors de la suivante, il se laisse piquer sans vraiment pousser. Répond aux cites et se montre mobile aux tercio de banderilles. Ce novillo sera le meilleur à la faena avec une charge longue, franche et douce, surtout à droite. Manquaient un zeste de force et une caste plus affirmée pour rendre le combat plus prenant. Juan-Luis RODRIGUEZ a donné beaucoup de séries élégantes, sans personnalité évidente à mon goût. L’entière était un peu tombée mais les deux oreilles tombèrent. La demande d’une partie du public pour une vuelta du novillo me paraissait bien exagérée, le novillo n’ayant manifesté qu’une bravoure normale au cheval et une noblesse sans caste marquée à la muleta.

 

 

Le sixième novillo est superbe aussi et, par la vigueur de sa charge, permet une série de véroniques vibrantes et engagées, les meilleures de la matinée. Deux piques prises en donnant des coups de tête, sans trop s’engager dans la seconde. Deux paires de palos avec une chute sur le recorte de la première et des réticences à s’élancer à la deuxième. TENDERO brinde au public, ce qui est bien logique car, comme nous, il entrevoit une bonne faena potentielle compte-tenu de l’excellente charge initiale manifestée dans la cape. Et là, patatras ! Plus rien. Le Bucaré ne veut rien savoir, ne se « parant » pas et refusant de mettre la tête dans la muleta.

Rien à faire donc et le novillero est aussi dépité et surpris que nous de cette modification incompréhensible de comportement. Conclusion très laborieuse.

 

 

En résumé : un lot d’une bravoure sans excès face au cheval, trois novillos coopératifs (2ème, 3ème et 5ème) ; deux plus compliqués par une caste piquante (1er), violente (4ème) et un devenant impossible à mi-combat (6ème). Cela aurait donc pu donner un résultat bien meilleur mais un certain manque de caste chez certains animaux associés à des manques chez les novilleros vint ternir le tableau et laisser un souvenir confus de cette matinée. Quand je lis sur le papier « La Suerte » distribué aux arènes que, je cite : « Les novillos d’origine Santa Coloma se sont montrés débordants de caste et d’une bravoure presque inépuisable », je reste dubitatif sur ce qui ressemble à un publi-reportage…

 

 

 

 

_____________________

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article

commentaires