Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 12:52

 

 

 

C’est l’aimable qualificatif dont m’affuble dans un message le défenseur de l’ « homme à la Rolls ». Mon rectificatif n’a donc pas calmé son désir de vindicte. Soucieux d’équité, et afin que chacun puisse juger en toute connaissance de cause, je reproduis ici, in extenso, ce message en tant que droit de réponse de mon interlocuteur : «  Qui plus est la veille l’homme à la Rolls était au palco et malgré cela par respect pour les organisateurs, il avait acheté un billet. En bref, BRONCO, dorénavant, veuillez utiliser vos yeux et votre plume pour regarder et relater les spectacles taurins et cessez de jouer les paparazzi d’opérette car c’est un métier qui exige des compétences et des dons qu’apparemment vous n’avez pas. »

 

A la vue de ces précisions, je ne vais pas trouver assez de cendres pour me couvrir la tête et je vais devoir recourir au cilice pour expier ma faute. Encore heureux que je n’ai pas pris de photographies pour justifier le curieux terme employé  ! Bon Dieu, mais c’est bien sûr ! J’aurais donc du comprendre que le «  Tu as acheté une place au moins ? » au moment de lui délivrer le sésame était une plaisanterie de connivence puisque j’apprends que son bénéficiaire a coutume d’acquérir sa place avant ou après de rentrer dans le callejon, avant ou après de monter au palco… Nous n’en sommes plus à la justification, nous passons à l’apologie. Sans vouloir le moins du monde diminuer ces mérites, je me dois de préciser cependant que je connais moi aussi des occupants occasionnels de présidence. Et qu’il m’est arrivé de les voir payer leurs places et de les retrouver…en tendidos.

 

J’espère que le défenseur outragé du détenteur du callejon trouvera cette fois la réhabilitation suffisante, et pour ma part, j’en resterai là, ne voulant pas lasser les visiteurs avec cet épisode taurino-clochemerlesque. Quant à ses injonctions, ne lui en déplaise, à Rion-des-Landes comme ailleurs, je continuerai à relater ce que je peux voir, et même entendre dans la piste et autour. Car, payer ses entrées, c’est le prix (élevé) de l’indépendance, et l’avantage d’être sur les gradins par rapport à la contre-piste, c’est de procurer du recul. Et si ce blog fâche ce redresseur de torts, qu’il ne perde surtout pas son temps ici, il n’aura aucun mal à trouver ailleurs plus doué et compétent…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Éditos
commenter cet article

commentaires

bruno 01/09/2008 16:40

Courrouce j'ai dit encore une connerie et les libertaires rectifiront:il faut dire il est interdit d'interdire,extrano de language...

bruno 01/09/2008 16:00

le con qui choque denonce l'attitude outranciere du defenseur des opprimes(?) ,se montre solidaire de l'auteur de ce blog et au nom de la liberte d'expression confirme qu'il est legitime de dire la verite et que rien dans ce monde nous interdira d'interdire.