Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 19:38

 

 

 

Cette réflexion m’est venue à la lecture de l’éditorial de T.T du 22 octobre dans lequel A.Viard rapporte l’estime dans lequel est tenue, outre Pyrénées, l’afición française.

 

Elle me semble en effet mériter certains éloges mais, à l’inverse, susciter aussi des critiques.

 

Reconnaissons-lui une certaine objectivité dans le jugement des toreros. Je veux dire par-là qu’il est rare de rencontrer des publics assez injustes pour ne pas reconnaître les efforts d’un torero dans l’arène. Cela vaut aussi pour des banderilleros, voire, mais beaucoup moins souvent, pour des picadors qui saluent lorsque leur prestation sort de l’ordinaire.

 

Soulignons aussi, pour le bonheur des organisateurs, que l’afición française persiste à garnir les gradins de la plupart des spectacles : de ceux promotionnels jusqu’aux pléthoriques Ferias bien que le prix des places soit trop souvent inversement proportionnel à la qualité et à l’authenticité des spectacles offerts.

 

Pour le reste, elle a pris bien des travers de sa voisine : indulgence coupable devant les entorses au règlement et la désinvolture fréquente des cuadrillas (je sais qu’il n’y a pas de véritable règlement ici mais quand même…) ; absence quasi-totale de réaction face aux cas de présentation douteuse de toros (blessures, trapio modeste, cornes abîmées etc.) ; inflation dans les demandes de trophées et, pour finir, hystérie collective pour gracier des « sœurs de charité. »

 

Il est donc permis de se demander où se trouve l’identité, la réelle particularité de cette afición. Elle retrouve bien des travers de son homologue hispanique sans en posséder certaines qualités, du moins celles que l’on rencontre dans certaines grandes plazas, comme cette spontanéité de réaction à certains gestes toreros.

 

Cette afición, au sens large car cette notion mériterait débat, était auparavant plus cartésienne que passionnée, plus soucieuse de sérieux qu’enflammée. Elle me paraît être devenue moins exigeante, plus encline à s’émouvoir collectivement au détriment d’une analyse rationnelle de la valeur de la prestation du binôme toro-torero. Confirmation en somme de la recherche du spectacle brillant plus que du combat.

 

En cela, elle n’a hélas rien de bien original ni de réellement admirable, du moins à mes yeux. Que ceux qui partagent cette analyse, aussi modeste que personnelle, ou la jugent erronée n’hésitent pas à exposer leur propre avis.


Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Éditos
commenter cet article

commentaires

bruno 09/11/2008 22:09

non,on en la preuve ce jour .

ludo 24/10/2008 19:29

personellement je ne me sens pas plus français qu'un magyar ou un japonais ou un bantou avec qui je pourrais passer des heures à discuter de taureaux et , du coup, d'un milliard d'autres choses.ce qui est remarquable c'est qu'il reste encore des aficionados.et pas parce que la tauromachie a changé. mais parce que l'aficion est ouverte au monde et que le monde se ferme , s'éloigne de cela.de la quête, de la "derrota" comme dirait mon cher solymosacas, de la fêlure, de la percée terrible dans nos certitudes et des moments volés extra-ordinaires que l'aficion seule peut apporter.et le res récents débats avec des relents de je ne sais quoi sur le torisme, les toristas, les toreristas ! dire qu'on s'est battu pour que tout cela ne clive plus nos aficiones d'une manière aussi basse de plafond. et l'autre sur le site de del moral (sanchez videl , tapez toros en libertad) qui nous revient avec la plèbe et l'aristocratie. mon aficion et celle de ceux qui l'ont vraiment (et cela dépasse toutes les "rixes oratoires" qui nouus agitent) n'est pas remarquable ou admirable. elle est. c'est un feu , c'est le tien et celui d'autres. on donne des braises pour ceux qui se sentent préts à prendre le chemin. le sens de la marche. oui, c'est cela. merci alain.ludo

Bronco 24/10/2008 20:19


C'est vrai qu'il y a de quoi y perdre son castillan ( pour moi , c'est plus aisé vu qu'il est déjà un peu égaré ...)  dans
toutes ces querelles. Et tu a raison de ramener le débat sur le "gusanillo" qui reste l'essentiel et qui nous rassemble au-delà  des polémiques.