Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 22:52

Samedi 30 mai. Première étape du marathon assez épuisant que constituent ces cinq spectacles en 72 heures.

Surtout quand les deux heures et quart de spectacle se déroulent sous un soleil de plomb. C’est le cas pour cette novillada de « FLOR DE JARA » qui n’a attiré qu’une copieuse demi-arène. Voici mes impressions depuis la file 1 du tendido sol (31€).

Ce lot de novillo, superbe de trapio et impressionnant d’armures, a maintenu un intérêt permanent et le faible succès en terme de résultat (une oreille) ne traduit pas l’impression générale de satisfaction des aficionados. Ajoutons qu’il est aussi dû à cette évolution du public qui occupe cette arène. En effet, une partie non négligeable (la plus démonstrative bien sûr) des tendidos prend fait et cause pour le toro contre le torero d’où des attitudes agaçantes et parfois injustes.

Pour détailler un peu, les novillos se comportèrent ainsi :

1er : Freine et donne des coups de tête et de pattes dans la cape se refusant à passer. Une pique poussant avec les reins, avec fixité. Seconde moins poussée, donnant des coups de tête et contournant le cheval. Peu collaborateur aux banderilles, répondant mal aux cites. Dans la muleta, il montrera des défauts, serrant à gauche, relevant la tête en fin de passe à droite. Applaudi à l’arrastre.

2ème : Charge vive à la cape. Première pique spectaculaire désarçonnant à moitié le piquero par un coup de corne sous l’étrier. Seconde assez violente également. Avisé aux tercio de banderilles, démarrant tard et menaçant les banderilleros en les poursuivant. Très bonne et longue charge sur le coté gauche, humiliant beaucoup. Applaudi.

3ème : Bien à la cape. Première pique bien poussée avec les reins. Départ de loin pour la seconde où il charge par à-coups. De l’allant aux banderilles. Charge de qualité à droite, le mufle sur le sable, plus tardo et ne répétant pas à gauche. Très applaudi.

4ème : Très vite réservé à la cape, grattant et réfléchissant ses charges. Excellent style dans la première rencontre, collant le cheval aux planches, arc-bouté fixement contre le peto. Beaucoup moins d’acharnement lors de la seconde dont il sort facilement. Ne démarre que tardivement aux cites des banderilleros. Il démontre une grande qualité à la muleta, noble des deux cotés. Très applaudi avec pétition de vuelta.

5ème : Charge un peu hésitante à la cape, effectue une vuelta de campana. Une première rencontre à l’improviste où il s’endort contre le cheval, seconde poussée mais désordonnée, troisième poussée par à-coups sans vraiment s’employer. Circule dans le ruedo sans se fixer d’où un tercio de palos erratique. Andarin dans la faena avec une relative faiblesse de pattes, il ne permet pas grand-chose au torero. Très applaudi néanmoins.

 

6ème : Jette les pattes et ne met pas la tête dans la cape. Premier contact éclair à l’improviste contre le cheval. Il en sort à toute vitesse. Deuxième rencontre poussée et violente. Troisième poussée sans les reins, avec coups de tête. A la sortie du quite, il revient pour un nouveau contact  vers le cheval qui se trouvait près de sortir. A la muleta, il se montrera noble mais sans transmettre beaucoup du fait d’une propension  à ne pas humilier. Pétition de vuelta que le Président finit par accorder.

 

 

Je n’ai pas aimé la prestation de Javier CORTES. Lidiador puis besogneux face au premier mal tué (2 pinchazos, 1 mete y saca, ¾ d’épée contraire, en avant et verticale et 4 descabellos ). Il réalisa ensuite un grand nombre de passes très oubliables devant le très noble quatrième. Là encore, conclusion assez désastreuse : (2 pinchazos sans engagement, 1 entière contraire et tombée donnée en se jetant dehors, 1 descabello.)

Au contraire, J-C REY m’a plu car il a montré une personnalité dans son toreo, ce qui est très rare dans cette période de toreros clonés. Face à l’encasté deuxième, avançant bien la muleta, il réalise des séries de naturelles de trois-quarts face rythmées et possède des attitudes élégantes pour « quitter » le novillo. A noter aussi des pechos longs et conduits. ¾ d’épée concluant. Il hérite du plus désagréable novillo, le cinquième dont il m’a paru tirer le plus possible. Là aussi, conclusion rapide : une entière un peu tombée. A revoir.

Pour TOMASITO, impression mitigée. Globalement débordé malgré quelques bons moment dans sa faena face au troisième, mal tué (1 pinchazo, 1/3 d’épée, 1 pinchazo, 1 entière). Il n’a pas été très convainquant face au sixième malgré, là aussi, de jolies choses comme cette série à droite comportant une passe superbement relâchée. Mal conclu à nouveau : ½ épée ressortant de suite, 3 pinchazos, ¾ d’épée. Ce garçon a d’indéniables qualités mais la barre a paru ce jour un peu haute pour son niveau actuel.

 

------------- 



Quatre heures et demi après, nous voici de nouveau installés. Même place, mais cette fois pour 51 €. Au programme, un lot d’ESCOLAR GIL sur lequel on éprouve plus d’inquiétudes qu’on ne fonde d’espoirs. A raison à l’issue d’une corrida très décevante du fait essentiellement de six toros tous superbes et très armès dont voici le parcours résumé :

1er : Court et défensif à la cape, envoyant des hachazos inquiétants. Première pique poussée avec rage, seconde encore bien poussée, troisième avec coups de tête et en reculant du cheval. Montre de la codicia en coupant le terrain aux banderilleros. Comportement de manso dangereux à la muleta envoyant de sérieux avertissements à droite et à gauche. Toro applaudi à l’arrastre…

2ème : Freine et ne s’engage pas à la cape. Première pique prise avec acharnement. Seconde rencontre beaucoup moins virulente, sortant aisément, la troisième rencontre sera inopinée après le quite. Très compliqué aux palos, ne démarrant pas aux cites et chargeant au pas. Charge courte et à mi-hauteur dans la muleta. Toro applaudi.

3ème : Charge de qualité à la cape. Première pique bien poussée mais en sortant dès la sollicitation. Seconde prise en restant à distance tout en délivrant des coups de tête. Troisième rencontre (après la sonnerie). Collaboration quasi-nulle aux palos. Lors de la faena, se montre très réservé, ne répétant pas les passes. Applaudi.

4ème : Coups de tête et jets de pattes dans la cape. Première pique poussée en se tenant parallèle au cheval, seconde en donnant des coups de tête, sans réelle poussée. Très bon comportement aux banderilles. De la classe à la  muleta, charge longue, mufle très bas. Applaudi.

5ème : Serre des deux coté à la cape. Désarme le torero à gauche. Très codicioso aux palos, déséquilibrant et blessant légèrement un   banderillero. Demeure compliqué, très réservé lors de la faena.

6ème : Désordonné avec hachazos à la cape. Se jette à la tête du cheval à la première rencontre. Seconde rencontre assez longue sans poussée acharnée. Très compliqué à droite, impossible à gauche.

 

RAFAELILLO s’est montré capable, volontaire et cabotin. Il se défait sans paniquer du mauvais bougre initial puis sait profiter du seul adversaire encasté. Deux séries à droite, trois à gauche pour un ouvrage de bon goût. Un estoconazo pour conclure. Un enthousiasme communicatif me semble aussi participer au succès populaire du garçon.

 

Pas facile pour moi de dire du mal de David MORA, torero que j’ai beaucoup apprécié comme novillero. Elégant, sérieux, volontaire, ces qualités avaient éclaté lors d’un succès probant dans cette arène il y a deux ans. Or, ici, hormis un brillant toreo de cape face au premier, il n’a guère fait preuve de ces qualités. En revanche, il s’est montré d’une grande désinvolture  en faisant cyniquement prendre une pique supplémentaire à son premier toro après le changement de tiers. Il faillit d’ailleurs récidiver au dernier. Certes ses adversaires étaient fort désagréables mais un peu plus de dignité ne peut nuire. Conclusion à l’épée très longue à son premier, bien laide à son second.

 

Sergio AGUILAR n’a pas eu d’opposition très favorable non plus. Cette nuance exposée, il n’a pas paru très concerné ni décidé. Y compris à l’épée (bajonazo contraire au deuxième, entière contraire en travers au cinquième…) Sauvons deux véroniques et deux naturelles, ce qui est assez peu.

 

A noter que, ici comme ailleurs, les épées basses ne provoquent que des protestations modérées. On verra plus tard qu’elles ne sont pas rédhibitoires pour un succès. Au final, une soirée assez pesante. Un bon taureau sur six, c’est mieux que rien mais quand même maigre.

 

La suite à venir…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article

commentaires