Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 12:19

 

En lisant le bilan brut : cinq "silences" et une vuelta, celui qui ne se trouvait pas dans les arènes de Parentis (dont l'architecture intérieure possède la légèreté d'un blockhaus), aura du mal à concevoir que les spectateurs soient sortis ravis. Et pourtant nous l'étions, car l'élément fondateur et essentiel de la Fiesta Brava se trouvait en piste. Quand le véritable toro (ou novillo) sort, il captive toute l'attention et la placita du born connut hier des silences impressionnants, même si, comme ce fut parfois le cas dans cette soirée, les toreros ne furent pas à la hauteur. On retrouve alors l'essence de ce spectacle qui  n'a pas d'égal par l'intensité des émotions qu'il procure .

                                          TOROS

 

 

Le lot de MARGE comprenait des robes variées : colorado, castaño plus ou moins foncé, un magnifique toro salpicado  et un noir, le moins beau des six. Armures correctes sans être terrifiantes.

 

Premier toro : charge forte dans la cape, Première pique poussée, deuxième prise en partant de loin, poussée encore, mais par à coups.

Dans la faena, il chargera des deux cotés, sans baisser la tête et en  "protestant" un peu.

Deuxième : charge longue et vive à la cape. Une première pique dont il sort facilement. Vuelta de campana à la sortie. Il s'élance aussi de loin pour la deuxième qu'il pousse, en se tenant plutôt parallèle au cheval. Peu mobile aux banderilles. Une charge de classe sur la corne droite, plus compliqué à gauche. Applaudi à l'arrastre.

Troisième : Novillo très rapide dans ses courses et sautant dans la cape à droite. Première pique prise en donnant beaucoup de coups de tête. Deuxième rencontre brêve dont il sort rapidement sans se livrer. Excellent et plein de genio aux banderilles où il met le matador en danger. A la muleta, une noblesse encastée des deux cotés, d'où une charge transmettant de l'émotion aux gradins. Applaudi à l'arrastre.

Quatrième : Excellente charge dans la cape. Première pique poussée. Il s'élance de loin pour une deuxième rencontre qu'il poussera avec force très longuement alors que le picador le châtie abusivement ! Très Grande Bravoure. Peu mobile aux banderilles. Noblesse démontrée des deux cotés lors de la faena. Excellent novillo qui aurait mérité la vuelta. Applaudi à l'arrastre.

Cinquième : Défile tête haute dans la cape. Au premier contact avec la pique, il se retourne aussitôt et envoie une ruade menaçant la denture du cheval. Mais il y revient aussitôt donnant des coups de tête plus que poussant. Il fera de même dans une deuxième rencontre. Se montre réservé aux banderilles. Il passera, plus à droite qu'à gauche dans la muleta, se montrant violent et avisé, donnant des sueurs et un puntazo au torero. Manso avec un fond de caste . Applaudi à l'arrastre.

Sixième : Plutôt fuyard et querencioso près des planches avant de s'engouffrer dans la cape, serrant le torero à gauche. Tercio de piques mémorable : au contact de la pique, il s'échappe avec une ruade comme le pire des mansos. Replacé pour une deuxième rencontre, il pousse cette fois, mais avec codicia, contournant le cheval par l'avant et le faisant reculer jusqu'à provoquer une chute spectaculaire.  A la troisième rencontre, il poussera avec du style ! Incroyable évolution témoignant de la caste de l'animal .Cette agressivité se retrouve aux tercio de banderilles où il renverse le torero et manque le reprende au sol. Il arrive avec moins de mobilité à la faena. Néanmoins, il permettra de bonnes séries à droite et une série à gauche assez inespérée.  Excellent novillo, applaudi à l'arrastre.

 

 

A noter donc treize piques allant de l'appuyée à l'assassine , une lidia parfois déficiente et pratiquement aucune  trace de faiblesse de pattes. Quand on vous dit qu'on se frottait les yeux pour y croire.

 

 

 

                                          TOREROS

En découvrant EL JOSE au paséo, on se demandait s'il ne s'agissait pas de l'apoderado ou du chauffeur du minibus qui aurait  voulu faire une blague en prenant le costume du torero . Et quand on le vit toréer, le doute ne fut pas dissipé ! Emprunté, toujours sur la défensive et prêt à reculer, faisant éxécuter les mises en suerte par les peons, il tenta de faire assassiner ses novillos à la pique. Pour le quatrième, il faisait mine de faire le quite en se tenant derrière l'animal ...Cela releverait du pathétique si le (vieux) garçon toréait deux ou trois novilladas par an. Or, s'il est vrai, comme je l'ai entendu ce jour, qu'il sévit dans une trentaine, il y a lieu de se poser une seule question : pourquoi l'engage-t-on ? Et de pousser un cri : plus jamais cela ! Bilan : deux excellents novillos gâchés et le triste sire qui souriait sous les sifflets à sa sortie ...Inutile d'ajouter que dans son rôle de chef de lidia, en dépit son tour de taille, il fut transparent .

On sera plus indulgent avec Iker COBO, en dessous des qualités du deuxième novillo, mais dessinant quelques derechazos honnêtes. Malheureusement désastreuse maladresse à l'épée avec une sorte de pin's du plus mauvais effet sur le flanc du novillo. Face à l'avisé cinquième, il se montre volontaire et courageux, méritant au moins le respect.

Quel dommage que Joao FERREIRA n'ait pas su tuer ses novillos . Il afficha à la cape, technique, élégance et rythme, faisant deux fois le quite aux novillos de ses compagnons de cartel, de plus engagé, voire intrépide aux banderilles (deux accrochages évités de peu et une cogida spectaculaire ) .

Sa faena face au troisième novillo fut excellente : en se positionnant sur la corne extérieure , en avancant la muleta, guidant le novillo avec douceur et sûreté, le corps relâché, terminant par des passes de pechos spectaculaires. Fin par d'élégantes aidées par le bas. Et là, charme rompu, oreilles envolées, triomphe perdu : trois pinchazos , une entière atravesada et cinq descabellos. Il eut été de bon goût de le faire saluer mais la banda locale s'époumonnait déjà...

Le sixième, bien passé de cape, arriva avec moins de moteur à la faena. Le torero tirera quand même de bonnes séries à droite et une série de naturelles aidées méritoire. On entrevoyait une oreille de consolation malgré un pinchazo précédant une entière en arrière. Las, cinq descabellos donnés semble-t-il trop en arrière tuèrent nos espoirs. Peu importe, FERREIRA, sur cette lancée, nous paraît capable de grandes choses ! Vuelta très applaudie .

 

 

 

On conservera le souvenir de la vuelta du picador de FERREIRA face au sixième toro. Le piquero, avait été remarquable de technique à la deuxième rencontre. Il ajouta le courage pour remonter après le batacazo qu'il subit, grimacant de douleur coincé sous le cheval. A nouveau en selle, il administra une troisième pique superbe. Après avoir été congratulé par le torero, il effectua une vuelta sous les applaudissements du public debout, les traits tirés par l'épreuve et ému aux larmes par  cet hommage .

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article

commentaires