Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 20:16

 

Pour FANDIÑO, la tarde revêtait une grande importance, ce que traduisait son entrée pressée au patio de caballos sans sourires ni autographes .

Après la blessure de F.CRUZ, la tension était encore plus forte . "Matanegra", le troisième toro, n'ira que jusqu'aux piques où une dernière chute le renvoie aux corrales.

On attend le sobrero mais c'est le sixième toro qui sort : Tremendo (Pas le genre de nom qui rassure...) présente une robe noire tendant sur le gris avec des tâches blanches à l'arrière et un berceau de cornes large relevé vers le haut .

A la cape, charge et répète mais avec tête à mi-hauteur, serrant le torero du coté gauche.

Ce toro ira seul sur le picador de réserve. Pique où sonnent les étriers du fait des coups de tête sans pousser avec les reins. Mis sur le piquero de "turno", il sort seul après un bref contact. Il n'est guère éprouvé comme s'en apercoivent les banderilleros : charges vives et poursuites jusqu'aux planches après les poses de palos .

FANDIÑO brinde au ciel tourmenté et menacant et commence sa faena où le toro confirme sa mobilité et aussi sa charge tête haute. Le torero en profite pour deux séries de derechazos en prenant plus de confiance lors de la troisième. Suivront une série de naturelles et deux autres de droitières. Rien de très vibrant, ce défaut ne pouvant être mis tout à charge du torero mais plutôt sur le toro qui "n'humilie" pas et ne paraît pas très concerné. Néanmoins, les efforts du torero presque local et la prestance du toro font monter les bravos du public. Le torero se sent-il plus en phase avec Tremendo, entrevoit-il les prémisses d'un succès d'importance ? Sans doute un peu des deux et cela va le perdre. A l'issue d'une série, il s'éloigne vers les barrières sous les bravos, dos au toro .

Inattention coupable face à Tremendo qui reste aux aguets. Il s'élance vers le torero , le rattrape sous les cris de la foule qui entrevoit l'issue. Le torero n'a que le temps de tourner la tête. Tremendo, de sa corne gauche précise, le soulève et le maintient droit au bout du piton planté dans sa fesse gauche. Cette posture tragi-comique ne fait rire personne tant on imagine les chairs déchirées, le poids du torero reposant sur la corne .

Enfin retombé, FANDIÑO visiblement éprouvé par la cornada, s'accroche pour porter l'estocade. Mais un pinchazo suivi d'une estocade caïda ruine ses espoirs d'adoucir ses douleurs comme son compañero d'infortune. La pétition est nettement minoritaire et c'est son péon qui devra saluer au tiers.

 

 

 

A mi-corrida, DAVILA MIURA se voyait donc seul avec les trois LA QUINTA restant. Tout avait commencé de manière plus souriante . Avant le paseo, une danse basque (aurresku) avait honoré la dernière prestation du torero à Vista Alegre .

Une larga de rodillas précédant un toréo de cape sans relief face à Malajeta, puis une faena sans émotion, le toro étant faible et fade. Un tiers d'épée par deux fois et deux descabellos pour un silence apathique.

La traversée en solitaire commence avec Rompelagas. Larga de rodillas dont le coté répétitif suscite moins d'enthousiasme, d'autant plus que les véroniques suivantes n'ont rien de rare. Le toro s'avère le plus brave du lot, poussant deux bonnes piques. Il n'ent sort pas très gaillard mais se reprend et démontrera noblesse et mobilité dans la faena. Bon, pas une faena à rester gravée dans les mémoires mais où le torero se trouva parfois bien en phase avec le toro, notamment pour une série de cinq naturelles longues et bien conduites. Une entière bien portée, très légèrement ladeada. La pétition s'affiche importante mais pas minoritaire. Cependant la rigueur du palco cède devant les efforts du torero et pour ses adieux. Oreille faisant semble-t-il vraiment plaisir au gentil Eduardo .

Bonne idée de saisir l'opportunité du succès car la suite se présente moins favorablement. Le sobrero Jilguerito, aux armures très relevées, se comportera en manso décasté aux piques comme face à la muleta, distrait à droite et avisé à gauche. Un tiers d'épée à la sauvette mais efficace face à ce toro ne se fixant pas pour l'épée. Salut au tiers compréhensif .

Cafetero, un cardeno fort armé pour terminer. Pas en beauté du fait d'un comportement violent et de charge (encore !) tête à mi-hauteur. Un toro assez dangereux dont DAVILA MIURA se débarrasse dignement d'un  tiers d'épée et d'un descabello. Ovation respectueuse de despedida d'abord et  pour une épreuve physique inattendue et menée à bien .

Nous ne reverrons pas (quoique ...) Eduardo, torero sympathique et garçon intelligent. Une carrière sans coup d'éclat, ni grande éclipse, plutôt grise pourrait on dire. L'homme et le torero méritent le respect pour la lucidité qu'il possède sur ses limites et sur le milieu taurin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article

commentaires