Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 18:42

Mont-de-Marsan. 17 juillet 2011.

 

 

La rumeur annonçait la corrida de MARGE impressionnante, la communication nîmo-montoise vendait le « geste » de CASTELLA acceptant ce lot de « cinqueños » comme un événement.

 

Qu’en est-il au bilan ? Une corrida inégale de présentation et de comportement. Un CASTELLA superficiel et qui ne parut pas vraiment concerné par l’ "événement" vanté.

 

A noter aussi l’évolution notable du public qui garnit (presque complètement ce dimanche) les gradins du Plumaçon. Les rares interventions venant de la frange contestataire de l’arène sont rabrouées par la rumeur de l’ensemble du public. La paire organisatrice a réussi son pari de transformer la Madeleine .Les tendidos ne s’attachent plus à des détails ridicules comme l’état des cornes, le trapio, les piques pour se consacrer à l’essentiel : la longueur des faenas, le nombre de trophées et les sorties en triomphe. Encore un petit effort, il ne nous manque plus qu’un indulto. Pas pour longtemps sans doute.

 

_____________

 

 

 

Le FUNDI reçoit le premier MARGE qui charge avec force en jetant les pattes dans la cape. Petit pas en arrière sur les véroniques du coté gauche, plus centré à droite. Première pique poussée correctement, seconde par à-coups.

Le toro reste mobile aux palos. Le FUNDI brinde au public, ce qui parait a posteriori surprenant devant la charge brusque accompagnée de derrotes en fin de passes, le torero ne sortira pas d’une grande prudence. Epée habile du vieux routier qu’il est.

 

Le quatrième MARGE a beaucoup plus d’allure, montre de l’allant au capote et pousse fort dans deux rencontres au cheval, s’élançant de loin. Il garde son enthousiasme face aux banderilleros. Début sans confiance du FUNDI. A la fin de la deuxième série à droite, le MARGE pose l’arrière-train au sol ! Le reste de la faena sera ennuyeux : deux séries à mi-hauteur, toreo lointain, toro atone. Un pinchazo et une entière. A ainsi prolonger sa carrière, l’image du FUNDI se délite lentement mais sûrement.

 

 

 

Sebastien CASTELLA portait hier un costume d’une teinte ocre qui ne tranchait pas beaucoup avec le sable de l’arène. Il ne fit non plus rien de bien tranchant, sauf, soyons objectifs, d’être terriblement efficace avec l’épée.

Pour le reste, il promena une suffisante superficialité. Il paraissait cependant décidé face au joli deuxième, bien armé. Capotazos d’assujettissement genou ployé et demie élégante pour débuter. Après la première pique, où le taureau donne plus de coups de tête qu’il ne pousse, le matador demande le changement que Marcel Garzelli refuse. Seconde rencontre de pure forme donc. A la demande de CASTELLA, le tercio de banderilles est vite, et plutôt bien, expédié. (Salut des banderilleros). Brindis au public et joli début par le bas, avançant et pliant la jambe. On a vu le meilleur. Le reste, ce seront des séries sans profondeur avec un toro à la charge quelque peu incommode certes mais sans rien d’insurmontable cependant pour un matador de ce niveau. Deux inévitables redondos inversés plus l’efficacité de la conclusion évoquée plus haut suffisent pour couper une oreille. Il est vrai que l’on est devenu très généreux ici.

 

L’averse arrive lorsque sort le cinquième, un castaño aux armures discutables qui s’écrase sur le burladero en voulant sauter dès sa sortie Six parones initiaux précédent une première pique prise avec du genio, puis une seconde très légère. La pluie redouble lorsque CASTELLA entame la faena par des statuaires. Début correct puis, son adversaire baissant, le torero passe à un toreo de porfia, termine par des séries fades dans l’ennui général. Malgré la fin rapide, silence pour le torero, qui joue toujours le bel indifférent.

 

 

 

Heureusement, la corrida fut sauvée par le lot qu'eut la chance de recevoir, et le mérite de bien toréer, Matias TEJELA. Le castaño, à la corne droite en pinceau est accueilli par des véroniques du matador qui gagne du terrain. Le MARGE pousse par à coups faisant tourner le cheval par l’arrière. Il pousse encore dans la seconde mais en sort seul assez rapidement.

Aux banderilles, le taureau est mobile mais se secoue au contact des palos.

Début par cambio légèrement bougé. La faena sera longue, rythmée, exploitant au mieux la charge d’un toro à la fois très noble avec de la transmission. Muleta très grande à droite,   mais détachons deux superbes séries à gauche et un redondo à droite interminable.

Matias TEJELA s’engage et, si l’épée résulte un peu pasada, elle s’avère quand même efficace. Deux oreilles, méritées, et vuelta pour le MARGE.

 

Le sixième est noir, long. A la cape, toreo de cape ordinaire par delantales. On sent que le torero ne veut pas se satisfaire de son succès précédent, il veut en faire beaucoup et se fait désarmer lors de la mise en suerte. Une pique, plus légère que la pose de la devise et changement. Le MARGE se réserve lors des banderilles et accuse la pose des harpons. Brindis à Marie-Sara. Dès l’entame, à droite, la muleta est accrochée par des derrotes. Le torero est à nouveau un peu gêné dans la série suivante, encore à droite. A gauche, première série vibrante du fait de l’agressivité de la charge. Deuxième série de naturelles aussi intéressantes valorisées par la rage du MARGE qui s’exprime par un retour très violent lors du pecho.

Repris à droite, le toro serre en fin de passe. A gauche, quatre naturelles très bien dessinées et une frayeur en fin de série du fait d’un retour très sec.

Un pinchazo et une entière trasera. Oreille pas volée de par un adversaire encasté avec une pointe de sauvagerie qui entretient l’intérêt.

 

 

Durée : 2.05H . Vu du tendido 3 à l'ombre. 73€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article

commentaires

patrice 19/07/2011 12:24



Très bon résumé, comme d'habitude, mais ce que je retiendrai le plus c'est effectivement que le Plumaçon perd un peu de son identité.


Arénes bien mieux garnies qu'il y a 3-4 ans grâce à des corridas de plus en plus toreristas, peut-être que cela plait les toros télécommandés.


J'aimerais avoir l'avis des organisateurs : présenter un bénéfice comptable à la fin de la Madeleine au détriment de la fiesta brava ou présenter de belles corridas toristas devant une arène
remplie aux deux-tiers ...... telle est la question.


Quant à Castella, il se fout éperduement de Mt-de-Marsan, de sa Madeleine et de son Plumaçon me semble-t-il (j'espère me tromper) mais je l'ai vraiment vu meilleur à Bayonne par exemple. Idem
pour Bautista.


Merci encore mon cher Bronco.