Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 23:50

 

Vic. 6 août 2010.

 

Temps beau et doux. Grosse demi-arène. Présidence : Mr AMESTOY.2.15H

 

Corrida-concours : 5 toros (le JALABERT s’étant cassé une corne dans les corrales fut remplacé par un toro de l’ASTARAC sorti en troisième et hors-concours.)

Le YONNET magnifique aux cornes impressionnantes, faiblard, mansote au cheval, réservé et avisé à la muleta.

Le TARDIEU fortement armé, manso au cheval, décasté et compliqué dans la faena.

L’ASTARAC remplaçant, au physique : laid et tristement armé ;un morucho pour le comportement.

L’ASTARAC titulaire, lourd et d’armures modestes, mansote à la pique. Mobile et plutôt noble mais sans aucune race à la muleta.

Le MARGE, joli colorado au berceau large, manso aux piques, mobile et désordonné à la muleta.

Le PAGES-MAILHAN, long et haut, moyen en armure ; brave au cheval, encasté avec du genio lors de la faena.

 

Vuelta (sur idée personnelle de la Présidence pour le MARGE qui ne s’était pas engagé sous le fer et était sorti seul des trois rencontres au cheval) et pour le PAGES-MAILHAN (mouchoir sorti là presque à contre-cœur sous la pression du public.)

Pour ne pas désavouer le Président on suppose, le Club Taurin Vicois partagea le prix du meilleur taureau entre le MARGE et le PAGES MAILHAN. Quand on connait le discours vicois sur l’exigence au premier tiers, cette décision est savoureuse…

Coté torero : Marc SERRANO fut appliqué, sérieux mais il lui manqua un peu d’engagement. (Salut et Vuelta légérement contestée) ; Julien LESCARRET se montra décidé toute la soirée, exploitant bien le potentiel du MARGE (Salut et deux oreilles) Julien MILETTO ne pouvait rien avec le bœuf d’ASTARAC mais fut volontaire et parfois élégant pour aller chercher le succès face à l’adversaire le plus intéressant de la corrida. (Silence et deux oreilles).

Salut de Bonijol à l’issue de la course.

 

Le plus grand moment fut le tercio de piques du sixième toro. Une extraordinaire rencontre entre un taureau très brave en quatre assauts marqués par l’acharnement et la puissance et deux artistes : un cheval léger et torero compensant avec adresse pour supporter les charges violentes et un picador « El Pimpi » maître de son art pour citer le toro, conduire sa monture et  pour piquer avec une habile sûreté. Dès la troisième pique, le public était debout pour les applaudir.

Chapeau les artistes !

 

 

Vu des tabloncillos ( mais avec une file 8 des tendidos...) 32 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article

commentaires