Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 19:22

 

 

Le soleil bien présent me fait m’orienter vers les places à l’ombre. Comme aux guichets soleil, il n’y a plus de places en dessous des 34 € au soleil, 36€ à l’ombre. Va donc pour un rang 7 à l’’ombre. En rentrant, il me semble que les rangs au dessus ne sont pas totalement remplis mais bon… Comme ils sont encore plus vides en dessous, je descends pour occuper une delantera  proche du burladero de lidia.

 

 

Cette proximité avec la piste n’est pas superflue pour garder de l’intérêt durant toute la soirée, tant les MORENO DE SILVA, dont la réputation avait permis une très belle entrée, se sont avérés décevants. Voici le détail de leur œuvre.

 

Le premier affiche une bonne charge à la cape, ne prend qu’une pique (vite relevée car il n’est pas très gaillard des pattes) sans vraiment s’employer. Mobile aux banderilles, le novillo chargera ensuite lentement, à mi-hauteur, d’une charge noble et lénifiante.

 

Le second ressemble comme un jumeau au précédent, avec quelques kilos supplémentaires. Il ne met pas la tête dans la cape, se contentant de coups de tête. A la pique, des hachazos en direction du picador. Après qu’il se soit promené partout en piste, seconde rencontre en poussant par à-coups successivement latéralement puis derrière puis devant puis sur le coté opposé du cheval. Un petit saut lors de la pose de la première paire de palos.

La faena ? Andarin, et distribuant des coups de tête dans la muleta. Bref, un manso  pur jus qui rejoindra bien sûr les planches pour mourir.

 

Le troisième est mieux armé et d’un trapio supérieur aux deux précédents. Première pique courte mais poussée avec force. Seconde où il répond avec vivacité au cite du picador. Met les banderilleros en difficulté. Dans la muleta, il charge sans humilier, charge d’une noblesse insipide et incommode du fait de coups de tête quasi-permanents.

 

Le quatrième a plus de volume et d’allure. Il refuse la moindre passe de cape, freinant, jetant pattes avant et donne des coups de tête.  Il prend la première pique avec plus de violence que de bravoure Seconde où, cité de loin, il part de manière spectaculaire. Troisième similaire mais avec le regaton.  Mobile et agressif aux banderilles. Ensuite, il se contentera de se défendre par des coups de tête à droite. A gauche, c’eut été pire mais il resta inédit.

 

Le cinquième, beau aussi, vient au trot dans la cape. Conséquence, pas une passe. Il prend une superbe première pique, longue, poussant fort avec les reins. Comportement sans rapport lors de la seconde où il ne pousse que par intermittence avant de sortir seul. Il se montre désordonné au tiers suivant. Comme le troisième, il se déplace dans la muleta avec un fond de noblesse asthmatique agrémentée de rouerie latente.

 

Le sixième, applaudi à sa sortie pour sa prestance et ses armures, défile sans se fixer à la cape. C’est lui qui prendra la plus belle pique de l’après-midi, poussant très fort avec constance et fixité. Mais là encore, lors de la seconde, il baisse beaucoup de ton, ne chargeant que par intermittence en se reculant du cheval avant d’y revenir. Charge bonasse à mi-hauteur sans transmission, avec le moins de scories pénibles parmi les six.

 

 

En face, les novilleros étaient arrivés pleins de préventions, légitimes, sur leurs opposants. Et, de fait, cet état d’esprit provoqua une prudence excessive ne leur permettant pas d’exploiter les bribes de noblesse existantes. Ceci étant dit, la fadeur des charges ne leur aurait pas permis de miracles.

 

GOMEZ DEL PILAR démarre bien à la cape, puis reste très distant à la muleta au premier. Deux désarmés puis mise en place laborieuse. Entière habile.

Ne peut rien au capote au quatrième, esquisse l’amorce d’une série à droite, se garde bien d’un essai à gauche, conclusion d’un tiers d’épée suivis de cinq descabellos.

 

ADRIAN DE TORRES n’a rien fait de bon de la soirée. Totalement absent de la lidia à ses deux novillos, forts indigestes il faut le reconnaître. Il n’y avait pas grand-chose à faire avec le deuxième mais l’horrible estocade dans le flanc était quand même du plus mauvais effet.

Totalement déboussolé devant le cinquième qu’il contribue à décomposer par ses reculades, il termine sa triste prestation par un pinchazo donné en se jetant dehors avant une entière desprendida..

 

JAVIER JIMENEZ donne un toréo de cape plus électrique que centré  au troisième. Faena très lointaine et sans parvenir à lier des passes. Un pinchazo hondo suivi d’une entière contraire.

Brouillon à la cape face au sixième, il va saisir sa chance face au plus praticable du lot. Oh, rien qui ne reste dans le souvenir : faena-foutoir en tirant des lignes sans toréer vraiment. Une estocade décidée résultant ladeada tout en étant contraire ! Succédant à l’absence de volonté des deux autres, cela suffit pour qu’une partie du public demande et obtienne l’oreille.

 

 

Le meilleur de l’après-midi ? Le brillant tercio de banderilles offert par la bonne cuadrilla de GOMEZ DEL PILAR au quatrième novillo.

 

 

 

___________________

 

 

 

 

Prochain déplacement : "Nuit du toro à Vic" ce vendredi...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article

commentaires