Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 21:15

3/4 d'arènes avec le temps qui faisait, cela prouvait l'intérêt du cartel !!!

 

J. VALVERDE lidie son premier toro. Après une pique, le toro accuse le coup et ralentit sa charge. Bon quite par véroniques. La faena débute par des aidées par le haut mais le toro n'arrivera pas à récupérer ce qui provoqua un manque de transmission. Faena essentiellement droitière malgré une bonne série à gauche. Faena intéressante pour lancer la course mais manquant de piquant. 1 entière basse qui ne lui empécha pas de couper une oreillette ...

A son deuxième opposant, le salmantin lidie toujours à la cape. Après les deux piques sans trop pousser, le toro se décompose petit à petit mais VALVERDE en montrant son envie réussit à tirer des séries sur la droite et de se mettre le public avec lui. une épée entière portée avec engagement lui valut une autre oreille. Sortie en triomphe

 

S.AGUILAR attaque cette tarde avec beaucoup de vent ce qui le fit désarmer en lidiant son premier adversaire. Après une pique, il se fit attraper par le toro à cause du vent alors qu'il tentait de faire des chicuelinas. Pour moi, ce deuxiéme toro était le meilleur de l'après midi. Début de faena par le haut pour ne pas obliger le toro. Le madrilène a été beaucoup dérangépar le vent ce qui ne l'empêcha pas de nous offrir les plus profonds muletazos surtout à gauche. Deux tiers  de lame en arrière. Salut au tiers..

Au cinquième toro de l'après midi,  Aguilar lidie son toro. Deux piques et un puyazo après, la présidence technique se réveille pour faire sonner le changement de tercio. Ce qui a eut le mérite de nous réveiller. Le toro n'est pas au goût du madrilène malgré les débuts par doblones. Aguilar l'abandonne  dans sa querencia et nous laisse croire que le toro ne vaut pas grand chose. Il torée avec la pointe de la muleta en rond ce qui a le don d'énerver les tendidos. Bien entendu la mort fut longue car le toro fut difficile à cadrer. Un pinchazo et une entière en arrière. BRONCA.

 

L. BOLIVAR fait lidier son premier adversaire par son peon puis, suite à plusieurs protestations, sort du callejon et lidie à son tour et en   termine par une demie. Après une bonne pique, le toro se décompose et Luis essaye de faire changer le toro en nous montrant qu'il a un problème de vue. La présidence ne le fera pas et le colombien tentera de monter une faena sans que la mayonnaise prenne. Une entière bien en place avec un Avis . Appladissements.

Au dernier toro de cette froide tarde, BOLIVAR sent que les aficionados sont prêts à s'enthousiasmer et il va tout faire pour leur faire faire plaisir. Accueil en véroniques, conclu par trois chicuelinas et une demi. Un puyazo pour économiser le toro....... Le toro n'a pas de grande difficulté et Bolivar nous brinde la mort du toro avec le sourire. Ce que j'ai aimé dans cette faena, c'est l'intelligence par laquelle elle a été construite. Je veux dire par là, que BOLIVAR a économisé au maximum son toro par de longues pauses entre les séries. Sa faena fut essentiellement droitère. Ses séries se composer de 3-4 muletazos et un grand pecho. Les tendidos étaient avec lui. Une estocade portée avec sincérité et engagement lui valut la sortie en triomphe en coupant deux oreilles.

 

En conclusion, je peux dire que malgré les quatre oreilles coupées ( deux de trop ) assister à ce genre de spectacle est MORTEL. Je m'explique : les toros étaient indignes de présentation pour une plaza comme Aignan. L'organisation, pendant la tertulia, nous expliqua que les toros n'avaient pas été touchés. Soit . Alors pourquoi ont ils été choisis au campo ? J'ai du mal à croire que les représentants de la pena d'Aignan ont choisi  ces toros avec de telles  armures. Le problème vient du fait que les toros ressemblaient plus à des toros pour corridas de rejon qu'à une véritable corrida de toros et donc enlevaient toute l'émotion d'un vrai toro de combat. Nous scions  la branche sur laquelle nous sommes assis en présentant ce genre de spectacle.   

 

Victorino

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires