Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 22:12

Arènes du Pesqué remplies au  3/5ème . Temps chaud et nuageux devenant orageux à la fin.    

6 toros de RASO DE PORTILLO bien présentés, de forces et moral divers. Meilleurs pour le torero les 3 et 6, plus intéressant pour les aficionados le 4ème. Tercio de piques bien organisé. Pour ce qui est des toreros : ROBLEÑO facile au premier et sérieux au quatrième qu'il tua très mal (Silence et Salut timide des barrières) ; MORENITO DE ARANDA, superficiel au deuxième et paniqué au cinquième (Silence et Bronca  ; Oliva SOTO afficha de l'envie mais donna des passes sans toréer (Silence et Applaudissements ).     

 

Vue de la file 1 à l'ombre. 58  €                                             

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 12:15

Chronique de la troisième corrida de la Madeleine

 

6 toros d’EL TAJODE LA REINA pour

 

Juan José PADILLA : Oreille et deux oreilles.

Ivan FANDIÑO : Silence et deux oreilles.

Thomas DUFAU : Oreille et Oreille.

 

Sortie à hombros pour les trois toreros et le mayoral.

 

 

 

Temps très beau et chaud. Plein total. Présidence d’arène de plage.

 

Les photographes se ruèrent, à l’issue de la corrida, vers Joselito qui se trouvait dans le callejon, puis immortalisèrent la photo des trois toreros et du mayoral portés en triomphe. Au milieu de cet enthousiasme général, on perçut quand même quelques sifflets, preuve qu’il restait quelques aficionados lucides.

 

Car, disons-le, ce lot de toros, bien présentés, aux armures respectables, fut, à l’exception du cinquième, fort décevant. D’une bravoure limitée (et des piques quasi-symboliques pour économiser leurs forces) ces toros servirent  par leur mobilité mais avec une noblesse qui ôtait toute émotion à leurs combats. On ne retrouva que chez le cinquième le piment qui faisait l’intérêt de cette ganaderia. Par chance, il échut à FANDIÑO.

 

 

Première oreille incompréhensible pour PADILLA (octroyée sans pétition majoritaire) qui planta des banderilles très médiocres puis commença sa faena par sept passes à genoux, puis l’allongea inutilement alors que le toro ne se déplaçait quasiment plus. Estocade décisive.

De nouveau à genoux pour trois largas aforaladas. Banderilles encore très approximatives pour les deux premières paires la conclusion par un violin déclenche un enthousiasme surprenant. Faena débutée par statuaires, puis séries appliquées de la droite pour profiter de la bonté désarmante du toro. Le ton baisse à gauche d’où retour à un final « padillesque ». Estocade entière en arrière mais efficace et deux oreilles plus que généreuses.

 

Thomas DUFAU gagne du terrain à la cape face à son premier. Il cite de très loin en début de faena mais torée sans obliger le toro. D’où une ambiance tiède que ranime deux redondos inversés. Après une entière pasada et un descabello, une oreille protestée (pétition là encore minoritaire) tombe.

Dur de passer après FANDIÑO pour conclure la corrida. Il part donc se mettre à genoux à la sortie du toril. Mais le déboulé hésitant du toro ne permet pas une entame brillante. Le toro tombe à plusieurs reprises et est vivement protesté. Brindis à PADILLA et faena correcte avec une bonne série de naturelles. Encore des redondos inversés pour finir et une entière volontaire. Oreille plus justifiée que la précédente.

 

 

Nouveau triomphe pour FANDIÑO. Totalement mérité après une faena accomplie face à un toro qui avait plus de force et possédait une charge encastée. Qualités nécessaires pour mettre en valeur le toreo autoritaire et profond du bilbaino.  Faena superbe des deux cotés, avec des séries templées et rythmées. Un toréo d’une élégante et évidente sincérité. Malgré un pinchazo, l’estocade qui suivit permit d’obtenir deux oreilles cette fois-ci incontestables.

 

 

 

Mais, à coté de ce triomphe légitime, où va cette arène en dévaluant les trophées par une ridicule inflation de trophées.

 

 

Vu de la file 2 - tendido ombre - 74 €

 

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 19:15

Chronique de la première corrida de la Madeleine

 

 

 

Le Plumaçon était plein (et les places toujours aussi étroites !) à l’heure du paséo où le Juli, pressé, devança ses compagnons de trois bon mètres à l’arrivée sous le palco.

 

 

Traitons d’abord du lot de FUENTE YMBRO, bien présenté en gabarit et armures pour la catégorie de l’arène. Le quatrième était le plus beau mais se fracassa contre un burladero, et fût remplacé par un de ses congénères, d’une prestance un peu moindre. Certains se montrèrent physiquement un peu justes : le deuxième fut protesté par une partie du public, le troisième eut du mal à tenir la distance en raison d’une patte avant droite faiblarde. On ne mettra pas ces limites sur le dos des picadors car, hormis le troisième et le sixième (ce dernier avec plus de force), les toros ne s’employèrent guère au cheval. Le cinquième ne subit que deux piques quasi-symboliques.

Dans le reste du combat, tous affichèrent de la mobilité et de l’allant, les deuxième et cinquième étant les plus collaborateurs, à l’inverse le premier présentant le moins de facilité. On peut regretter cependant un manque de supplément d’âme chez ce lot, ce plus qui transforme une bonne en grande soirée.

 

 

Commençons par Matias TEJELA que je n’avais pas vu depuis longtemps et dont, au vu de sa prestation d’hier, je peux me passer pendant encore un bon moment. Un « pegapase », anodin à la cape, pénible à la muleta, toujours la jambe de sortie en retrait, approximatif dans son placement, avec une fin de faena « pueblerina ». Une estocade en perdant la muleta mais à l’efficacité très rapide qui lui permit de couper une oreille.

Lors de la  seconde faena, la qualité des passes fut à l’inverse de leur quantité. Entretemps, le public avait vu la différence entre le clinquant et le véritable. Malgré une nouvelle épée décisive, la part des naïfs restante n’était pas suffisante pour que la pétition soit majoritaire. Soulagement.

 

 

Et le JULI ? Lui aussi est parti à pied et ce n’est que justice. Face au plus compliqué qui balançait des derrotes à droite et ne se livrait guère, il fit le métier correctement, plus habilement que sincèrement pour conclure à l’épée. Comme il se trouvait bredouille à la sortie du quatrième bis, il fit l’effort, pour tirer la charge d’un toro rétif à démarrer mais qui chargeait ensuite avec force et noblesse. Après les redondos classiques du chef, ceux qui donnent le tournis, la faena atteint son sommet par trois redondos inversés puis un quatrième dans le sens normal, le tout sans rectifier sa position. Mais, à abuser de « porfia », il finit par agacer une partie du public. Et le saut de l’ange à l’épée tout en se jetant de travers me donna l’occasion d’un petit débat avec mon voisin de derrière qui n’avait « jamais vu une aussi belle estocade ! »  La pétition n’était peut-être pas majoritaire en nombre de mouchoirs, mais le niveau de décibels de ses partisans emporta la décision pour une oreille ne suscitant qu’un enthousiasme modéré durant la vuelta.

 

 

FANDIÑO n’est pas étranger à cette nouvelle lucidité du public du jour. En toréant avec une évidente simplicité et sincérité, en tuant avec un engagement admirable, il remit ses compagnons de cartel à leur vraie place.

 

Avec d’abord un aperçu à la cape lors d’un quite reposé au premier toro de TEJELA, puis un début par cambio serré au centre de la piste lors de sa première faena. Il enchaîna par des séries à droite en avançant la muleta loin devant, en chargeant la suerte, le tout avec rythme et temple. Un toréo naturel qui me faisait revenir en mémoire celui du César RINCON de la grande époque. Hélas, l’animal manquait de moteur face à la puissance de la muleta du torero. Une estocade de face d’une rectitude admirable fit tomber deux oreilles ratifiées par un public totalement ravi.

 

Le sixième, manso con casta, qui s’enfuyait de la cape, puis de la muleta, fut contraint d’y revenir et d’y rester par le fait d’un poignet technique et autoritaire. La démonstration de classe et de bon goût se renouvela à droite. A gauche, le toro se défendait et menaçait mais FANDIÑO soutint l’épreuve sans pouvoir toutefois parvenir à lier de véritables séries. Conclusion par ces manoletinas souvent vulgaires mais, en l’espèce, émotionnantes car très ajustées. Estocade à nouveau superbe après un pinchazo initial gardant l’épée.

 

En somme, une après-midi salutaire qui remet les idées en place.

 

Face au cinquième qui venait comme un avion, José Otero de montra magistral en deux paires de banderilles et salua très légitimement.

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 00:21

Temps chaud mais  ciel par bonheur souvent nuageux. Gradins totalement pleins.

 

El JULI:  (Silence et Oreille) . Tel qu'en lui même mais plus supportable face à des adversaires de ce genre.

 

Matias TEJELA : (Oreille et Applaudissements ) . Superficiel et vulgaire.

 

Ivan FANDIÑO : (Deux oreilles et une oreille ). Torero et matador de qualité.

 

 

Le lot de FUENTE YMBRO  de présentation sérieuse pour la plaza. Justes de forces dans l'ensemble. Collaborateurs en général avec plus ou moins de complication . (le quatriéme s'étant cassé une corne contre un burladero avant les piques  fut remplacé par un sobrero du même fer).

 

 

Compte-rendu détailé à venir...

 

 

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 09:41

Nous y sommes.

 

Et pour ma part, je serai sur les gradins tous les jours (sauf le jeudi bien sûr ) . Compte-rendus donc à venir.

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 00:47

Vic-Fezensac. Dimanche 19 mai 2013.

 

6 toros de CEBADA GAGO

 

pour:

 

 

Fernando ROBLEÑO (Salut au tiers et Oreille)

 

Fernando CRUZ (Silence et Silence)

 

David MORA (Silence et Salut au tiers)

 

 

(Vuelta posthume pour "Sonambulo", sorti en sixiéme)

 

 

 

Paseo retardé d'une demi-heure pour remettre la piste en état suite à une averse survenue dix minutes avant l'heure. Alternance de soleil et de pluie ensuite. Temps frais devenant froid sur la fin de la soirée. 4/5ème d'arène.

 

 

Un lot de toros  bien présentés ,au moral varié avec deux animaux décastés d'abord puis trois plus ou moins compliqués mais présentant de l'intérêt et un sixième animal de classe.

 

F.ROBLEÑO tel qu'en lui-même coupe une oreille trés légitime ; F.CRUZ digne mais sans option ; D.MORA démontre ses qualités de capéador mais ne fait pas l'effort , hélas, pour se mettre  à la hauteur de son superbe second adversaire.

 

 

 

 

11° et une pluie soutenue vers 21.15 H, on a connu des soirées plus agréables dans les arènes. Il fallait toute la classe de « Sonambulo », ultime exemplaire du lot de CEBADA GAGO pour nous faire supporter ces conditions.

 

David MORA, encore excellent capeador, n’a pas voulu, car je pense qu’il en avait les moyens, de se mettre au niveau de cet excellent toro qui de sa sortie jusqu’à sa fin, se montra exemplaire, faisant de plus briller la cuadrilla : charge enthousiasme dans la cape, deux piques sérieuses en partant avec beaucoup d’allant, en poussant fort avec fixité. Le piquero est applaudi Constant et clair face aux banderilleros qui saluent. Dans la muleta, il chargera avec constance et style.

 

Il méritait plus qu’une faena élégante certes, allurée par moment, mais sans l’engagement et la profondeur que cette noblesse méritait. Une conclusion volontaire et engagée aurait un peu masqué ces insuffisances. Las, après deux pinchazos , MORA mit une épée entière en abandonnant la muleta de façon peu élégante et il fallut encore deux descabellos pour conclure.

 

Un salut contre une vuelta pour son adversaire, l’identité du vainqueur était évidente.

 

Dommage…

 

 

Un autre toro permit de supporter cette ambiance de tienta hivernale : « Dolorido » , sorti en quatrième pour Fernando ROBLEÑO, même costume et même volonté que lors de la mémorable Madeleine 2012.

 

Il fallut un certain temps au public, certes transi, pour apprécier à leur juste valeur, les mérites du torero qui dut batailler ferme avec sang-froid, technique et courage pour s’imposer face à ce retors qui, après un début vif à la cape, une prestation correcte à la pique, se montra très collant au tiers des banderilles.

Le début de la faena le vit assez imprévisible, violent dans ses charges et envoyant des derrotes impressionnants à droite. Le torero laissa passer l’orage, le contint pour enfin le soumettre pour des séries à gauche de qualité.

Une tiers d’épée puis une entière bien portée pour une oreille bien méritée, celle de la sincérité et de la probité.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fernando CRUZ n’a pas eu d’adversaires de la dimension des deux précédents. Affichant toujours cette mine de moine doutant de l’existence de Dieu, il mena un combat incertain face au cinquième CEBADA GAGO qui avait fière allure mais affichait un moral  âpre et très défensif. Par moment, on put entrevoir des bribes du toreo profondément classique et épuré dont est capable ce matador. Mais on finit avec une impression brouillonne, associée à l’averse drue s’abattant en fin de faena et aux huit descabellos succédant à une bonne entière contraire.

 

 

Parlons du bon troisième qui s’engouffrait dans la cape et se retournait comme un chat du coté droit, qui prit trois piques de manière spectaculaire. A la muleta, il se montra finalement assez noble avec des pointes de genio se manifestant de temps à autre. MORA fit montre d’une tranquille maîtrise et bonnes manières, sauf pour la conclusion qui s‘avéra laborieuse.

 

 

Evacuons les deux premiers animaux, faiblards et décastés qui nous firent craindre une corrida désastreuse avant que la seconde partie nous sauve de l’ennui.

 

 

 

 

 

Vu de la file 8 du tendido ombre (bien vu !) : 59€.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 11:55

Le rendez vous printanier d'Aire-sur-Adour arrive : 1er mai à 17 heures , novillada avec du bétail de Jacques GIRAUD pour Mario ALCALDE, César VALENCIA et Borja JIMENEZ . Tarifs de 20 à 45 €.

 

Bien sûr, le matin, animation et repas pour attendre la tarde...

Repost 0
Published by Bronco
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 21:04

 

 

6 avril 2013. Arènes du Plumaçon. Festival taurin

 

 

Patrick VARIN (Salut au tiers)

 

Julien LESCARRET(Oreille)

 

Medhi SAVALLI(Silence)

 

Jérémy BANTI(Oreille)

 

EL MONTENO(Salut)

 

Louis HUSSON(Oreille)

 

 

Temps frais, nuageux et parfois ensoleillé. Un cinquième d’arène. Présidence de Didier Gaudin. Orchestre montois pour la musique. 2.15 H de spectacle.

 

 

Ce fut un après-midi plaisant et varié. Après la présentation, quelque peu gâchée par un micro capricieux, du Comité Handi-sport, bénéficiaire d’une partie de la recette et un petit hommage à Patrick Poey, récent retraité des ruedos, le festival débuta.

 

 

Un des plaisirs de ce genre de spectacle réside dans la nostalgie. Des souvenirs reviennent en voyant Patrick VARIN. Plaisir de retrouver ces instants allurés, cette élégance dans quelques naturelles données à un MEYNADIER mobile mais à la noblesse un peu désordonnée. Un final un peu laborieux le priva de trophée mais pas de l’estime publique.

 

 

Julien LESCARRET, en costume de ville et béret sur la tête, toujours affuté, sûr de lui, simple et souriant, démontra facilité et technique pour venir à bout d’un YONNET un peu compliqué. Estocade aussi décidée qu’efficace pour une oreille méritée et une vuelta fêtée.

 

 

Medhi SAVALLI, avec une tenue sortie des « tontons flingueurs » s’est coltiné un PAGES MAILHAN, manso violent et indigeste chargeant tête haute et se défendant. Banderilles rapides et approximatives. Ensuite le torero fit, dans son style, des efforts méritoires mais la conclusion longue à l’épée refroidit l’ambiance.

 

Contraste pour Jérémy BANTI, costume-cravate et gueule de jeune premier, qui reçut un petit GALLON d’une grande bonté et d’une mobilité remarquable. Beaucoup de passes dont certaines très élégantes (dans le registre délicat qui est le sien) sur la fin de la faena quand la charge de son adversaire devint un peu plus apaisée. ¾ d’épée de gaucher et oreille.

 

 

Le changement d’apodo de Mathieu GUILLON en EL MONTEÑO est la seule différence notable. Pour le reste, le garçon demeure sans confiance, sans recours, sans volonté. Ce qui le fit gâcher les possibilités du TARDIEU qui lui était opposé. Une épée aussi habile que peu engagée lui procura un salut bien flatteur.

 

Bonne surprise (pour moi qui le découvrait) que ce jeune Louis HUSSON, sérieux et élégant, volontaire face à un eral de MALABAT à la noblesse pagailleuse. Une entière engagée au troisième essai lui permit de couper une oreille et donne vraiment envie de le revoir.

 

 

(Vu de la barrera en arrivant assez tôt , entrée générale : 20€)

 

 

 

 

 

________________

 

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 13:19

Il est si rare de pouvoir entendre un débat intelligent et mesuré entre partisans et adversaires de la corrida que j'invite tous ceux qui n'étaient pas sur France-Culture ce samedi matin à écouter en pod-cast (vous avez le temps, il est disponible 1000 jours !) l'émission "Répliques" d'A.Finkielkraut : "Face à la corrida" avec pour invités Francis Wolff et Elisabeth de Fontenay.

Repost 0
Published by Bronco
commenter cet article
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 21:39

Arénes du Plumaçon. 26 août 2012. Temps ensoleillé .24°. Un quart d'aréne essentiellement rassemblé coté ombre.

 

 

6 novillos de BALTASAR IBAN

 

pour:

 

 

Juan LEAL (Silence, Silence et Silence)

 

Roberto BLANCO (Silence et Blessure)

 

Cesar VALENCIA (Deux oreilles et Deux oreilles)

 

 

 

Roberto BLANCO a reçu une cornada au cou à l'entame de la faena et fut transporté à l'infirmerie.

 

Prix du meilleur tercio de pique pour Alvaro ATIENZA (pour sa prestation au 5éme novillo)

Prix de la meilleure lidia (non décerné).

 

 

 

Le lot de BALTASAR IBAN , trés inégal en présentation, les deux derniers sérieux, les trois premiers vrament légers, s'est avéré compliqué dans l'ensemble.  Médiocre au cheval hormis le dernier , avec de l'allant et de la vivacité à la sortie pour s'éteindre ensuite.

Premier manso avec de la caste; second fade et vite arrêté; troisiéme manso au cheval mais ensuite excellent à la muleta avec une charge allégre et encastée; quatriéme assez noble à gauche mais sans moteur; cinquiéme noble avec du genio; sixiéme trés mobile et violent  baissant beaucoup de ton aprés le milieu de la faena.

 

 

 

Juan LEAL était attendu avec beaucoup d'intérêt.  Déception à la hauteur des attentes. Pour le positif, de l'aguante, un poignet efficace et du recours. Le négatif : une tendance à étouffer ses adversaires , un manque de discernement le faisant allonger les feanas inutilement avec une porfia pénible, enfin pas d'engagement à l'épée et des estocades fort mal placées, alors que l'éxécution de cette suerte était encore, il y a peu, son point fort.

 

 

Roberto BLANCO, élégant capeador, ne pouvait tirer grand chose du second novillo, arrêté trés rapidement aprés le début de faena. Il le tua cependant d'une belle épée. Il fit peu piquer le second . Le novillo montra du nerf au banderilles et, lors du premier cite pour une statuaire, le percuta de plein fouet, puis le reprit au sol, lui infligeant un coup de corne du coté droit du cou, avec hémorragie immédiate impressionnante.

 

 

César VALENCIA a hérité des deux meilleurs novillos . Un peu vert, il m'a paru plutôt au dessous de l'excellent troisième. Mais il soutint la charge avec aplomb , et le tua d'une estocade décidée. Face au sixiéme, le plus beau avec un berceau trés large, il fit preuve encore d'un coup d'oeil étonnant , banderilla de manière spectaculaire et tua, trés efficacement, à la manière du Juli .  Ce gamin volontaire parait doué et mérite d'être suivi.

 

 

 

Vu du balconcillo ombre : 24 €

Repost 0
Published by Bronco
commenter cet article