Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 14:29

A propos du commentaire de Patrice surpris de la désaffection (pour l'heure ) de la corrida dominicale, peut-être cela provient-il de sa situation désormais en clôture de la Madeleine , sans parler de la concurrence orthézienne et tyrossaise (à un moment où remplir les gradins est déjà compliqué , ce triplé est une hérésie !)

 

Ce manque d'intérêt reste surprenant à un moment où les Escolar Gil font montre d'un sursaut , et quand le cartel des toreros apparait intéressant : Robleño , un matador dans un trés bon moment, Castaño trés décidé et , pour l'affectif local, la dernière de Lescarret .

 

Mais , au Moun comme ailleurs, qui peut croire encore à une aficion importante ?

Repost 0
Published by Bronco
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 17:44

 

 

Sacré Marie, toujours dans la nuance ! Il faut dire que, renouvelée avec le très distingué Simon (on se rappellera de son récent geste élégant à l’égard d’un membre du « respectable » ainsi qu’on le nomme au-delà des Pyrénées), elle peut toujours parader…avant.

 

Pour mon compte, je serai des deux rendez-vous qui, pour l’heure, ne font pas le plein du Plumaçon, à savoir les Jeudi (Margé) et Dimanche (Escolar Gil.).

 

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 10:59

 

Chronique de la corrida vicoise du 26 mai 2012

 

 

 

Voilà bien longtemps qu’à Vic, comme en bien d’autres lieux, on a abandonné la mention du poids sur les pancartes annonçant les taureaux.

Le public évalue donc lui-même cette donnée à la sortie de l’animal, ce qui n’est pas aisé et ne suscite que rarement des réactions. Sauf, comme hier, lorsque le décalage avec la norme habituelle apparaît par trop évident. D’où les protestations lors des sorties des deuxième et quatrième ESCOLAR GIL, tristement efflanqués et franchement imprésentables pour le ruedo vicois. On s’interroge pour comprendre comment les responsables locaux ont choisi et laissé embarquer un lot aussi disparate comportant deux exemplaires de trapio respectable et deux autres de si pauvre aspect. Et, pour couronner le tout, la sortie initiale du sobrero, très massif, fit passer le deuxième  pour un eral.. Il n’y eut donc personne pour penser à ce désastreux effet de contraste ?

 

________________

 

 

 

Ambiance un peu particulière autour des arènes et en ville ou quelques festayres essayaient de manière un peu pathétique de faire croire que la fête pouvait perdurer malgré sa suppression. Les visages désolés des restaurateurs et limonadiers prouvaient le contraire.

 

Les aficionados avaient leurs aises sur les tendidos remplis aux 4/5éme. Temps agréable, les conditions étaient tempérées sauf pour le maire qui entendit une forte bronca en remettant la clé à l’alguazil. La déchirure locale persiste.

 

On annonce au micro la sortie du sobrero d’EL RISCO en lieu et place d’un ESCOLAR GIL blessé.

 

C’est un tio cinqueño qui déboule, armures en rapport ! Faible des pattes avant bien qu’il ne se livre guère dans la cape. Il cherche à désarçonner le picador par des coups de tête. Lors de la seconde rencontre, il pousse avec la tête puis sort seul. Le FUNDI étudie l’adversaire puis donne une série à droite où le toro s’engouffre avec allant. A gauche, il se retourne vivement et jette les pattes. Deux autres séries démontreront que la technique du matador est encore présente mais si le toro s’est rendu, ses forces s’en sont allées et il faut conclure, par deux-tiers d’épée et un descabello. Salut au tiers.

 

 

Sort donc une « carte à jouer » qui provoque un murmure interloqué sur les gradins. Le picador se montre très précautionneux dans deux rencontres bienveillantes.

Dans la muleta de ROBLEÑO, le toro charge sans caste et à mi-hauteur. Les efforts du torero ne suscitent donc qu’un intérêt poli Une entière décidée et desprendida.. Salut au tiers pour le matador, sifflets pour le torito.

 

 

Sergio AGUILAR reçoit un rondouillard qui sort avec vivacité. Toreo de cape élégant par parones conclu par une jolie rebolera.

Le toro fait bonne impression lors de la première pique mais ne pousse que par à-coups et sort seul de la seconde. Il ne se prête guère aux banderilles et confirme ses mauvaises manières lors de la faena : il ne se pare pas, reste tête haute et refuse de mettre la tête dans la muleta. Le matador ne peut arracher qu’une série à droite et deux ou trois naturelles avant d’expédier le manso d’une fort laide épée très basse, en avant et verticale. Silence.

 

 

Quand arrive le quatrième, sosie du deuxième en gabarit, le public passe de l’apathie à la colère et l’ESCOLAR est longuement protesté. Le gag d’un picador s’éjectant lui-même du cheval distrait le courroux populaire, d’autant plus que l’animal s’avère d’une grande noblesse, chargeant suavement, le mufle caressant le sable. Le FUNDI exploite bien ces qualités, avec notamment une jolie série à gauche. Mais, à trop vouloir allonger la faena, il s’embrouille, un désarmé, des approximations face à un toro se décomposant et voila une conclusion laborieuse : Deux pinchazos, un descabello. Salut au tiers. Le dernier ?

 

 

Le beau cinquième ESCOLAR affiche ses origines Saltillo. ROBLEÑO réalise quatre superbes véroniques pleines de garbo auxquelles le public ne fait pas assez cas. Le toro fait d’intenses efforts pour désarçonner le picador. Pousse peu dans la seconde rencontre où la pique est vite relevée.

Les banderilleros pratiquent le « jeté » de palos et l’on passe à la faena longue, muleta à mi-hauteur pour ne pas « obliger » le toro et l’économiser. Séries élégantes, fluides, enchaînées. Le tout de très bon goût sans émotion. Pour finir, l’animal n’ayant plus guère de passes, toreo de porfia lassant. Après un tiers d’épée, une bonne entière d’effet rapide. La pétition est importante mais non majoritaire. Le Président refuse justement l’oreille et le maire trouve un compagnon de bronca.

 

 

Le dernier toro est très beau. Sur un cite à la cape, il fonce sur Sergio AGUILAR qui en sort sonné. Comportement de manso de gala, sautant comme un cabri pour s’enfuir des deux premières rencontres avant de prendre une pique dans la zone de sa sortie. Le matador prend la muleta. Au troisième cite à gauche, le manso sournois lui fonce dessus et le soulève sans mal. Il convient d’abréger, ce que fait AGUILAR de manière très prudente : trois pinchazos et six descabellos.

Deux heures et quart. Vu du balconcillo ombre : 57 €

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 21:54

 

 

 

Cinq toros de José ESCOLAR GIL et un toro d’EL RISCO (sorti en premier) pour :

 

EL FUNDI (Salut au tiers aux deux)

Fernando ROBLEÑO (Salut au tiers et Vuelta)

Sergio AGUILAR ( Silence et Sifflets)

 

 

-Lot de présentation très inégale avec deux toros justement protestés. Au moral, varié aussi mais dans une note très décastée. Les premier, quatrième et cinquième toréables, les autres désolants ou dangereux.

 

EL FUNDI sérieux et appliqué ; ROBLEÑO décidé et plaisant ; AGUILAR sans options du fait de son lot.

 

 

Retour détaillé sur cette soirée demain ou après-demain…

 

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 19:59

 

 

 

Et, après tant de jours de météo désespérante, le soleil d’abord voilé puis brillant qui présida à l’après-midi tenait du miracle. La longue file d’attente aux guichets témoignait que la plupart des spectateurs avaient pris la décision de venir le jour même.

 

Sur les gradins, beaucoup de ciment visible, le public présent était très bien disposé avec les toreros et supporta avec stoïcisme les 2.30 H de spectacle qui m’en parurent le double.

 

Si le lot de novillos, nés entre janvier et avril 2009, présentait des armures larges et fines dans l’ensemble, les quatre premiers présentaient un gabarit bien modeste, les deux derniers relevaient le niveau de présentation, le cinquième étant vraiment superbe d’allure.

 

Au moral, rien de notable, premier compliqué et défensif, deuxième noble et fade ; troisième faible et vite arrêté ; quatrième sans caste avec de la brutalité ; cinquième, d’une noblesse confondante gâchée par une grande faiblesse ; sixième : faible et sans moteur.

 

Au cheval, le tableau reste très terne, la bravoure limitée associée au manque de force et aux capacités des piqueros rendit ce tiers bien pénible.

Bref, beaucoup de sujet d’inquiétudes pour les héritiers de Christophe YONNET…

 

Venons-en aux novilleros et d’abord à Mathieu GUILLON. Bien sûr qu’il est gênant de critiquer un garçon obligé de se débrouiller seul avec toutes les difficultés liées à cette situation. Avec de plus une cuadrilla qui ne l’aida pas beaucoup cet après-midi là. On ajoutera qu’il eut en charge les deux novillos les plus désagréables. Doit-on, pour autant, ne pas écrire qu’il rompit quasiment toujours à la cape, qu’il planta quatre paires de banderilles en dehors du berceau (plus deux violins) et qu’il ne s’accrocha guère devant le quatrième qui chargeait de manière intermittente et brutale ? Notons quand même qu’il fut plus rapide à l’épée que ses compagnons de cartel. Ce qui est peu pour Mathieu qui, rappelons-le prend son alternative dans deux mois et demi.

 

Manuel DIAS GOMES, venu en remplacement, reçut deux novillos très nobles et très faibles. D’où deux faenas longues, très longues car ses adversaires nécessitaient de multiples cites (bruyants) pour s’élancer dans la muleta (et …s’écraser en sortie de passe pour le cinquième). Le novillero portugais possède un gestuelle plutôt élégante mais sans personnalité particulière et, le plus souvent, tira des lignes plutôt que de toréer dans les règles. Avec l’épée, un festival : sept pinchazos et une entière en avant pour en finir avec le deuxième ; deux pinchazos et un bajonazo au cinquième. Pénible, très pénible. Et pourtant, il s’autorisa un salut au tiers dans l’indifférence générale !

 

Fabio CASTANEDA n’a rien fait de marquant à la cape, banderilla en sautant à la manière du Fandi, força les attitudes, toréant avec le pico, muleta accrochée, allant jusqu’à des desplantes bien malvenus face à deux novillos sans race et vite éteints. Il eut le culot de lever un bras triomphant après une entière à mi longueur du troisième novillo, suivi de quatre descabellos. Au dernier, le final est pire : un horrible mete y saca, un pinchazo, un tiers d’épée verticale posée en travers et quatre descabellos.

 

 

Deux heures trente d’UV pour 20 €.’

Repost 0
Published by Bronco - dans Compte-rendus
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 20:46

 

 

 

 

  

Novillada des Arsouillos : 1er mai à 17 H. Temps nuageux puis ensoleillé, température agréable. Petit tiers d’arène d’un public d’une patience et bienveillance étonnantes.

 

Six novillos des Héritiers de YONNET, quatre bien petits, deux bien présentés, faibles, décastés, très noble cinquième.

 

Mathieu GUILLON (silence et silence) désabusé et limité ; Manuel DIAS GOMES (silence et Salut au tiers d’escroc) Très superficiel, tueur désastreux ; Fabio CASTANEDA : (Silence et Silence) Agité et  cabot.

 

 

J’en reparlerai (un peu…) demain.

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 07:40

Pour la novillada du 1er mai ( à laquelle je compte me rendre si le temps devient moins éxécrable ), Christian VALENCIA , initialement prévu, sera remplacé par Manuel Dias GOMEZ

Repost 0
Published by Bronco
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 19:00

Désolé pour ceux qui attendaient un compte-rendu de la novillada mugronnaise mais, à l'instar de Magesq, Samadet ou Aignan, aucun de ces spectacles ne m'a paru présenter les garanties suffisantes pour justifier déplacement et investissement.

 

Pour l'heure ( avant Mugron bien sûr) les commentaires lus ici et là m'ont (hélas pour ceux qui s'y trouvaient ) conforté dans mes choix. Des lots faibles et décastés semble-t-il  , de ces aprés-midi décevantes comme on en subit trop souvent.

 

Attendons Garlin...

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 07:33

On apprend ce jour le départ de deux membres de la Commission Taurine Montoise : Jean Cazaux et Pierre Seris. 

 

On ne doute pas un instant que des propos rassurants vont bientôt mimimiser la portée de ces deux défections...

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 08:24

A noter que le samedi 14 janvier 2012, à la Salle polyvalente de Saint-Perdon, aura lieu une conférence suivie d'un repas et d'une remise de prix.

 

Le rendez-vous est à 19.30 H. La Peña La Muleta , organisatrice de cette soirée , attend les aficionados impatients de reparler "toros" !

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article