Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

www.basta-ya.net

Accédez directement à ce blog grâce à l'URL :
http://www.basta-ya.net

Recherche

Réagissez !

Vous pouvez réagir à tous les articles de Bronco en cliquant sur le lien commentaire (x)présent sous chaque article.

Articles Récents

25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 18:36

Il fût un temps où les toreros seraient venus à genoux pour toréer à Madrid, où faire le paseo à la Monumental était une chance extraordinaire, un honneur pour un matador. C'est désormais du passé. Une figura  (Castella) refuse une corrida prestigieuse du fait d'un lot de toros (Torrestrella) pourtant pas réputés comme les plus dangereux du monde ; des demi-figures (Fandi, Vega) eux aussi s'abstiennent de participer au cycle isidril et même un novillero (Luque) préfère prendre son alternative à Nîmes plutôt qu'à Madrid ...

 

Exigences impensables de toreros pleins de fatuité ? Perte de prestige d'une plaza aussi incontournable que terrifiante il y a encore peu de temporadas ? Les raisons de cette évolution se situent probablement là et je ne suis pas sûr que l'aficion puisse s'en réjouir. Car si la carrière des toreros ne souffre pas de leur absence dans la Feria la plus prestigieuse, leurs exigences deviendront difficiles à refuser par les autres arènes.

 

Un certain équilibre entre les pouvoirs des uns et des autres doit être sauvegardé afin de préserver l'authenticité du spectacle. Il était de bon ton de déplorer depuis quelques années l'absence de toreros "locomotives" pour tirer la Fiesta Brava, on pourrait demain regretter  que, comme cela s'est produit à d'autres époques, ces mêmes figuras n'imposent leur loi.

Repost 0
Published by Bronco - dans Éditos
commenter cet article
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 21:18

Entendu ce jour qu'un accord avait été trouvé entre Simon Casas et l'apoderado de Sebastien Castella . Tant mieux pour les protagonistes et pour l'aficion nîmoise .

Reste que les relations du biterrois ne seront sans doute jamais plus pareilles avec le public . Cruelle rançon du nouveau statut de figura qui mettra en évidence la versatilité de la foule quand la chance du sortéo ne voudra pas sourire ou que l'envie se fera moindre. Castella a décidé de toréer moins souvent dans des arénes de catégorie inférieure . Sage décision pour lui dont la tauromachie est incompatible avec  un nombre de prestations pléthorique.Bonne nouvelle aussi pour les plus modestes qui pourraient profiter des postes ainsi libérés. 

La transition avec la prochaine Feria vicoise est toute trouvée. Cartels sans véritables figuras , avec des toreros qu'on apprécie plus ou moins , mais avec une originalité rafraîchissante, en rompant avec la dérive de ces derniéres années. Les organisateurs vicois ont été assez critiqués ici pour qu'on ne souligne pas, cette fois-ci , un retour à l'exception gersoise.

Repost 0
Published by Bronco - dans Éditos
commenter cet article
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 14:06

Ou en pleurer ?  La polémique entre Simon Casas et Luis Alvarez au sujet des exigences financières du matador biterrois éclate au grand jour. S'agit-il d'une manoeuvre du nîmois pour mettre l'aficion de son coté, ce qui n'est pas gagné ou d'un bras de fer de l'apoderado décidé à faire comprendre à tous les organisateurs que les prestations de Sebastien seront à prendre ou à laisser ?

Il est difficile de trancher mais au moins ces disputes permettent d'exposer les chiffres sur la place publique dans un domaine où l'opacité était la règle. Ainsi, Luis Alvarez déclare que son torero avait touché un cachet de 18 millions de pesetas (eh oui , il parle encore en pesetas ...) pour sa dernière corrida nîmoise de l'an dernier, qu'il n'en demande que deux millions de plus (sortez vos calculettes) ce que le sieur Casas refuse de débourser, arguant que dans ce cas, même en remplissant les arènes, il perdrait de l'argent (vous êtes priés de sortir vos mouchoirs).

 

Au delà de ces querelles d'intérêts, l'aficionado ne saurait se plaindre qu'une certaine transparence s'instaure dans ce milieu où, jusqu'à présent , lui seul sait ce que lui coûte sa passion...

Repost 0
Published by Bronco - dans Éditos
commenter cet article
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 22:31

Sale temps pour les toreros qui toréent "l'épée dans une main, la muleta dans l'autre et le coeur au milieu" puisque Fernando Cruz vient de prendre deux sévères cornadas en combattant ce jour son premier toro à Valence. Et voilà une part de l'intérêt de la corrida-concours de dimanche à Illumbe qui s'envole. Souhaitons surtout à Fernando de se remettre le plus vite et le mieux possible, lui qui ne trahit jamais l'aficion.

Repost 0
Published by Bronnco - dans Informations
commenter cet article
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 14:30

Peu d'arènes en Haute-Savoie mais on peut quand même y découvrir des membres de la diaspora des aficionados jusqu'au fond d'une vallée alpine, sur le chemin du GR10. Si vous passez là, arrêtez-vous, de préférence à l'heure des repas, je vous garantis de merveilleux instants de sérénité et de bonheur gastronomique  dans cette auberge ( www.fermedudahu.com )

En descendant des montagnes, j'apprends sans grande surprise que José Tomas revient. Et que, comme un pied de nez à nos ennemis, ce retour se produira à Barcelone le 17 juin. Cette nouvelle trouve des échos hors du cercle habituel de la presse taurine puisque l'hebdomadaire Courrier International en fait le thème de sa chronique  "A l'affiche" de son numéro 853. Ce qui devrait faire comprendre aux taurins que la rareté fait le prix des choses et des gens.

Je doute que le Plumaçon fasse partie de la vingtaine des places élues par le glorieux revenant. En revanche, le choix des toros s'affine avec, sur le papier, de la caste et de la mobilité :Adelaïda Rodriguez, Valdefresno, Robert Margé, Charro de LLen, Moïses Fraile et Vellosino, cette dernière pour les toreros exigeants je suppose...

On déclare retarder le choix des toreros pour connaître les enseignements de la San Isidro, cette attitude ne saurait être critiquée sur le fond , bien que l'on suppose que la majorité des espadas est déjà engagée.

 

 

P.S : Pour Fabien, J.C Illera avait donné ses déclarations sur la douleur relative des toros au numéro 656 de "6 Toros 6" et tu peux  trouver une évocation de cet article sur : www.liberation.fr/culture/sortir/236584.FR.php

 

Repost 0
Published by Bronco - dans Éditos
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 07:44

 

...Sur "Terres Taurines" la traduction (je voulais la faire, me voilà du travail épargné !) du courrier adressé par le député européen Iñigo Mendez de Vigo à sa consoeur auteur du texte visant à supprimer les subventions aux éleveurs de toros. Précis et fondé, il replace la tauromachie dans son cadre légal, ce qu'on oublie parfois de faire.

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 19:56

Comme tous les aficionados, j’ai lu avec un grand intérêt l’analyse scientifique visant à démontrer que ce que nous subodorions, ou voulions penser par conviction ou intuition profonde, que durant son combat dans l’arène, le toro ne souffrait pas, ou pas autant que les « anti » le clamaient. Excellente nouvelle qui nous réjouit tous.

 

Pour autant, cette information pourrait susciter une réflexion pour l’aficion torista. Une part de l’émotion créée par le tercio de piques provenait de l’idée que le toro exprimait une bravoure extraordinaire en rechargeant deux, trois fois, voire plus, le cheval du picador malgré la morsure et la douleur du fer dans sa chair. Et voici que la révélation de l’action des bêta-endorphines nous rendrait cette admirable agressivité moins héroïque.

 

La peste soit de la science…

 

P.S. Pertinente (comme toujours chez un torero qui ne parle jamais pour ne rien dire) la réflexion d’ESPLA qui déplore la tendance consistant à vouloir toujours des toros plus lourds, au détriment du spectacle. Et d’indiquer qu’il serait plus profitable pour la Fiesta Brava de diminuer notablement le poids des toros mais aussi celui des chevaux.

Repost 0
Published by Bronco - dans Éditos
commenter cet article
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 18:52

Retour sur un article paru en juin 2006 dans « Mundo Toro » au sujet de la proposition de loi des parlementaires catalans. L’auteur y stigmatise, dans un contexte politique, la faiblesse de la réaction par rapport aux attaques contre la Fiesta Brava. En clair, il ne s’agit pas de se sentir honteux d’être aficionado mais plutôt de réagir contre des amalgames scandaleux et agressions aussi  illégitimes. Une prise de conscience salutaire dans une période agitée. Voici la traduction d’extraits de cet article :

 

 

 La qualité humaine, c’est l’essence de l’existence des hommes. De même, dans le développement des groupes et des institutions, c’est la hiérarchie morale des actions qui leur confèrent crédibilité et légitimité. Les républicains de Catalogne et les Verts présentent à présent une proposition de loi au Parlement de cette communauté afin de mettre fin aux corridas de toros en Catalogne. Cette action est aussi vieille que la propre histoire entre l’Espagne et la Catalogne. Elle n’a rien d’originale ni dans sa forme, ni dans son fond : proposer pour ne pas progresser. Ni l’intention ni la proposition ne nous gênent.

 

C’est autre chose qui nous dérange. La blessure et l’insulte résident dans l’argumentation morale rocambolesque, puérile et séditieuse qu’utilisent les auteurs de ce texte. Du strict point de vue de l’opposition des idées, il n’y a rien à redire si quelqu’un se situe aux antipodes des nôtres. C’est la confrontation des contraires qui rend la vie possible, ainsi que l’exposèrent, il y a fort longtemps, les philosophes grecs pré-socratique Héraclite et Parménide, bien avant le moindre concept de république (…)

 

Il semble donc que les politiques de ces groupes n'aient rien d' original. Par ailleurs, les noms mentionnés trois lignes au-dessus ne sont pas les nouvelles recrues du Barça. On n’exigera pas des parlementaires de l’E R C qu’ils les connaissent mais qu’au moins ils ne les confondent pas.

 

 

L’argumentation actuelle des tenants de l’E R C se base sur deux thèmes : l’un concerne les atteintes physiques causées aux animaux lors des corridas, selon lequel qu’étant dotés d’un système nerveux central voisin de celui des humains, ils bénéficieraient des mêmes droits. D’autre part, ils exposent dans leur proposition, sur la base de leurs propres études (qui nous paraissent sans valeur) qu’il est démontré que la violence contre un animal constitue une violence contre l’être humain lui-même. En clair, elle participe de la violence en général. Il faut donc interdire les corridas de toros, non pour des questions morales ou éthiques mais parce que le toro possède ses propres droits (similaires aux droits de l’homme) sauvegardés juridiquement afin de mettre un terme à la violence intrinsèque, au machisme et à la xénophobie.

 

Voilà l’argumentation qui va se défendre, en 2006, dans un parlement démocratique. Voilà ce qui va être argumenté sans que personne ne soit capable de contrer cette proposition sur le lieu adéquat : dans une cour de justice. Dans toute l’histoire de l’Espagne et la Catalogne, on n' jamais a attaqué de manière aussi sauvage, impunément et gratuitement des millions de citoyens qui s’intéressent aux spectacles de toros dans le monde entier. Répétons le, ce n’est pas le propos de la loi : en finir avec les corridas de toros qui nous blesse. Ce qui nous agresse en tant que citoyens, c’est d’être les victimes d’une argumentation extrémiste, mensongère, insultante et vexatoire.

 

Si la qualité du monde politique était autre qu’elle est de nos jours, les juges seraient en train d’analyser cette brutale violation du droit constitutionnel contre ces millions de personnes accusées, on ne sait pour quelle raison scientifique, d'appartenir à la catégorie de ceux qui violentent, qui frappent et qui brûlent les femmes. Et si le monde taurin était ce qu’il devrait être, cela ferait longtemps qu’une action criminelle aurait été entreprise contre l’E R C pour avoir rédigé cette loi qui les assimile ouvertement à cette forme de violence si méprisable de ce pays. Mais en Espagne, ces qualités politiques et taurines  sont inexistantes. 

 

Un chien ne mord pas un autre chien. Les bœufs ne se battent pas à coups de cornes. On peut comprendre qu’un parlementaire n’en traîne pas un autre devant les tribunaux, mais c’est la forme d’action que la structure taurine aurait du choisir depuis longtemps. Aujourd’hui, à cet instant, n’importe qui appartenant à E R C, insulte et accuse, sous le paravent parlementaire, des millions de personnes. Au delà de l’agression par ce groupe, qui s’apparente à la pyrotechnie suite à leurs deux désastres historiques en politique : sortie du gouvernement et perte de leur base électorale dans le dernier référendum, la réalité est affligeante : on peut, en 2006, accuser des millions de citoyens de se complaire dans le crime le plus abject, sans qu’il y ait de réaction.

 

La rédaction de la proposition émanant des politiciens actuels de l’E R C n’aurait pu se réaliser dans un aucun autre pays européen sans recevoir, en retour, des milliers de plaintes pour injures. De plus, sur un plan strictement démocratique, un parlementaire capable d’utiliser cette idée comme argument est mesquin, mauvais, hypocrite, mafieux, inculte et couard. Il s’agit d’un pur fascisme. Cette argumentation qui met l’animal à égalité de droits par rapport à l’homme atteint un tel niveau de délire qu’elle fait s’interroger sur la défense de l’être humain lui-même.

 

Jusqu’alors, le droit et la loi étaient édictés pour protéger l’homme de lui-même. Voilà déjà plusieurs dizaines d’années que la République Française a écrit que les droits légitimes des hommes sont supérieurs aux droits supposés des animaux (1968 Parlement Français : droit des corridas de toros en France). Et voilà qu’à présent, dans un exercice de mauvaise politique, avec un comportement incivique et vulgaire, l’E R C donne la priorité à la santé de l’animal en contradiction par rapport à la loi, sous prétexte de mettre fin à la violence. Voici la hiérarchie morale qui caractérise, pour l’éternité, un groupe inculte, malfaisant et retors. Et pour autant, la vie d’ une minorité dépendra toujours de l’aspect utilitariste de la politique au gré du contexte.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bourdon - dans Informations
commenter cet article
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 21:46

Décidément les gènes ne mentent pas dans la famille Chopera ! Aprés avoir appâté les tendances toristas de l'aficion française , voici pour le 17 mars , une novillada avec EL SANTO . De quoi faire des cars pour le week-end ,les cigarettes sont moins chéres à Béhobie, la Concha  souvent charmante avant le printemps et les bars à tapas de Donostia si agréables ...

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 21:01

Je n'apprécie que très modérément les arènes d' "Illumbe " sorte de  profond cratère à la  luminosité de morgue, les tarifs dissuasifs, la fermeté des placiers qui vous interdisent de descendre vers les places libres plus basses, et cet environnement si fonctionnel qu'il en est déshumanisé. L' avisé organisateur veut profiter de l'état de manque de l'aficion française pour les toros en général et pour la corrida-concours en particulier.

En tant que cible privilégiée  je pense surmonter mes réticences susdites  au vu du cartel de la corrida-concours du 18 mars prochain : Toros de PALHA, VICTORINO MARTIN, CEBADA GAGO, ESTEBAN ISIDRO (on ne pouvait éviter le régional de l'étape...), ALCURRUCEN et FUENTE YMBRO .

Bon, il faudra supporter PADILLA, avec plus d'indulgence LOPES CHAVES mais il y aura surement beaucoup de français ( et montois surtout !) pour soutenir Fernando CRUZ.

Repost 0
Published by Bronco - dans Informations
commenter cet article